BFMTV

Pour Yann, policier blessé, 28.000 euros récoltés par ses collègues

C'est ici, sur l'Île-Saint-Denis, qu'a eu lieu lundi une fusillade entre malfaiteurs et policiers

C'est ici, sur l'Île-Saint-Denis, qu'a eu lieu lundi une fusillade entre malfaiteurs et policiers - Thomas Samson - AFP

Un élan de solidarité a été lancé pour le policier grièvement blessé en Seine-Saint-Denis la semaine dernière. La profession est d'ailleurs rassemblée ce mercredi devant la Chancellerie.

Yann Saillour, 36 ans, a été grièvement blessé à la gorge par les balles de Winston B., détenu en cavale, le 5 octobre dernier. Le malfaiteur, qui n'avait pas regagné sa cellule après une permission de sortie en mai dernier, a été tué dans l'échange de coups de feu. Le brigadier de Seine-Saint-Denis, lui, est hospitalisé depuis la fusillade, plongé dans un coma artificiel.

Un drame qui a bouleversé la profession, déjà affectée par des conditions de travail plus difficiles depuis les attentats de janvier. Encore sous le choc, les policiers se rassemblent ce jour devant la Chancellerie en hommage à Yann.

Ses collègues du commissariat de Saint-Denis ont d'ailleurs lancé une cagnotte en ligne la semaine dernière, pour soutenir sa femme et sa fille âgée de 7 ans, et couvrir les frais médicaux. Ce mercredi, elle a dépassé les 28.000 euros, et compte près de 500 messages de soutien. "On reçoit des dons de la grande famille qu'est la police, mais aussi d'anonymes, qui nous envoie des chèques, des messages. On a besoin de ça, on se sent soutenu", confie Grégory Goupil, délégué syndical Alliance, à BFMTV.

"C'est quelqu'un de positif"

Ludovic, l'ancien coéquipier de Yann, a témoigné sur RMC de sa douleur. "Je patrouillais avec Yann pendant huit heures par jour. Je passais donc plus de temps avec lui qu'avec ma propre famille. Quand il arrive un événement aussi tragique, on est forcément touché", explique-t-il. 

"Yann a été membre de la BAC (brigade anti-criminalité, ndlr) pendant plusieurs années, il connaît bien la voie publique. C'est quelqu'un qui est toujours de bonne humeur, assez déconneur. Quand il faut mettre l'ambiance, il est toujours là, mais dès qu'il s'agit de travailler, il répond présent à chaque fois. C'est quelqu'un de positif, qui aime son métier", conclut le policier.

Alexandra Gonzalez avec Anaïs Denet