BFMTV

Photos volées de Kate Middleton: deux mises en examen

Le président de Mondadori France, éditeur de Closer, et une photographe de La Provence, ont été mis en examen après la publication de photos volées de Kate Middleton en septembre.

Le président de Mondadori France, éditeur de Closer, et une photographe de La Provence, ont été mis en examen après la publication de photos volées de Kate Middleton en septembre. - -

Le président de Mondadori France et une photographe de la "Provence" ont été mise en examen après la publication de photos volées de la duchesse seins nus.

Le président de Mondadori France, éditeur de Closer, et une photographe de La Provence, ont été mis en examen début avril après la publication en septembre de photos volées de Kate Middleton, selon des sources proches du dossier.

Des juges d'instruction de Nanterre poursuivent leurs investigations pour identifier l'auteur des clichés seins nus de la duchesse de Cambridge, publiés dans Closer, la photographe de La Provence ayant elle été mise en examen pour avoir pris des photos en maillot de bain de Kate Middleton publiées dans le journal.

Des informations mensongères

Le représentant légal de Mondadori France, Ernesto Mauri, a lui aussi été mis en examen pour "atteinte à la vie privée", mais pour avoir fait paraître les clichés topless.

La Provence avait démenti que sa photographe ait pris ces photos seins nus, déplorant des "informations mensongères".

Le journal régional avait publié le 7 septembre, une semaine avant Closer, des clichés montrant le prince William et la duchesse Kate en maillot de bain, photographiés de loin sur la terrasse d'un domaine du Luberon.

Parallèlement à sa plainte au pénal, le couple princier avait saisi en urgence le juge des référés de Nanterre, qui avait interdit en septembre à Mondadori "de céder ou diffuser par tout moyen, sur tout support, auprès de quiconque et de quelque manière que ce soit, notamment sur des tablettes numériques", les clichés de la jeune femme.

Un appel "par principe"

Le groupe de presse a fait appel "par principe" de cette décision, appel sur lequel se prononcera la cour d'appel de Versailles le 5 juin.

Si elle devait aboutir, cette procédure n'aurait que peu d'effet concret, le numéro litigieux ayant été publié en septembre et les supports numériques contenant les clichés ayant été restitués au couple princier.

Les photos topless avaient par ailleurs été publiées dans d'autres quotidiens européens, notamment Chi en Italie (qui appartient aussi à Mondadori), le magazine people suédois Se och Hör, et son équivalent danois Se og Hoer.


A LIRE AUSSI:

>> Kate Middleton "topless" : plainte au pénal du prince William et son épouse