BFMTV

Pas-de-Calais: la petite fille abandonnée à l'hôpital par ses parents est morte

Le CHRU de Lille.

Le CHRU de Lille. - Philippe Huguen - AFP

La fillette avait été admise au CHU de Lille et se trouvait en état de mort cérébrale après un accident de la route. Ses parents, qui sont soupçonnés d'avoir pris la voiture après avoir poignardé un homme, avaient eux aussi été hospitalisés mais ont rapidement quitté l'établissement.

La petite fille de 18 mois, en état de mort cérébrale après un accident de la route survenu lundi, est morte dans la nuit du mercredi à ce jeudi, rapporte La Voix du Nord. La mère, âgée de 34 ans et non titulaire du permis de conduire, était au volant de la voiture avec à son bord son compagnon de 35 ans et leurs trois enfants. Le véhicule s'est télescopé dans dans le mur de soubassement d'un pont ferroviaire vers 20h, à Samer dans le Pas-de-Calais.

La fillette avait alors été héliportée dans un état très grave au CHU de Lille. Les parents, en état de choc, et leurs deux enfants âgés de 3 et 4 ans avaient été admis à l'hôpital de Boulogne-sur-Mer qu'ils avaient quitté précipitamment dans la nuit de lundi à mardi - avant d'être interpellés.

Depuis, l'état du garçon de 3 ans s'est également aggravé. Souffrant de lésions cérébrales qui pourraient entraîner une "hémiplégie", il a été transféré vers le Centre hospitalier régional de Lille, a selon les mots du procureur de la République adjoint, Philippe Sabatier rapportés par le quotidien régional. 

Bien connus des services de police

Avant l'accident de voiture, les parents sont soupçonnés d'avoir poignardé, à Boulogne-sur-Mer, l'ex-conjoint et amant de la femme. Selon la version du plaignant, légèrement blessé au front, c'est l'homme qui aurait voulu "se venger" en le "supprimant". Activement recherchés après avoir quitté l'hôpital, ils ont été interpellés mercredi, sans se rebeller, sur la voie publique à Outreau "en état d'ébriété" et ont été placés en garde à vue pour "les faits criminels de tentative d'assassinat". 

Selon un témoignage rapporté par le parquet, lorsqu'ils ont quitté l'hôpital, "leur but était de se rendre sur Lille pour s'enquérir de l'état de santé de leur fille, mais apparemment ils sont restés dans la région boulonnaise".

La mère a déjà été condamnée en 2011 par la cour d'assises des mineurs de Saint-Omer à huit ans de prison pour "vol à main armée": "avec une complice, mineure au moment des faits, elles sont accusées d'avoir sous la menace d'un rasoir, volé les téléphones ou l'argent de lycéens", a rapporté le parquet de Boulogne-sur-Mer. Elle a également été condamnée en 2007 pour "menaces de mort" et "port d'armes". De son côté, le père a notamment été condamné pour des faits de violences conjugales en 2016 et 2017. Tous les deux sont "sans profession" et "consommateurs de produits stupéfiants et d'alcool". 

Ambre Lepoivre avec AFP