BFMTV

Paris: un violeur en série présumé arrêté alors qu'il suivait une femme

Deux policiers en vêtements traditionnels musulmans interpellent un suspect, mercredi à Marseille

Deux policiers en vêtements traditionnels musulmans interpellent un suspect, mercredi à Marseille - Capture d'écran

Une homme de 28 ans, auteur présumé du viol de deux femmes qu'il avait suivies chez elle, en moins de 24 heures, a été interpellé à Paris alors qu'il en suivait une troisième.

Allait-il passer à l'acte? Un individu de 28 ans, connu pour son passé de "petit délinquant", a été arrêté dans la nuit de dimanche à lundi dernier, peu après 1 heure du matin, alors qu'il suivait une jeune femme dans la rue. L'homme avait été placé sous surveillance par des enquêteurs de la police judiciaire, après deux viols commis dans le XIXe et le XXe arrondissements de Paris.

La première agression s'est déroulée vendredi 4 mars, vers minuit. Une femme d'une trentaine d'années, habitant le XXe arrondissement, est suivie jusque chez elle. Lorsqu'elle ouvre la porte de son appartement, l'homme, d'une stature très imposante s'engouffre derrière elle et claque la porte. 

"Elle a alors fait un maximum de bruit pour alerter les voisins, mais a subi un déchaînement de coups et des violences sexuelles", explique Christophe Pinot, chef du 2e district de police judiciaire. Alertés, les voisins tentent d'intervenir, tambourinant à la porte et menaçant d'appeler la police. L'homme sort alors subitement de l'appartement et prend la fuite.

Une seconde agression sexuelle le lendemain

Un peu plus de 24 heures plus tard, dans la nuit de samedi à dimanche, une femme d'une trentaine d'années est agressée chez elle dans le XIXe arrondissement vers 1h30, avec le même mode opératoire. L'homme l'avait suivie, agressée dans l'ascenseur, puis fait mine de s'en aller avant de s'engouffrer dans son appartement lorsque sa victime a ouvert sa porte.

Frappée puis violée dans son appartement, la jeune femme, sur le point de perdre connaissance, a fini par réussir à appeler la police après la fuite de son agresseur, qui correspondait au même signalement que précédemment.

Les enquêteurs du 2e DPJ ont alors relevé que toutes deux sortaient de la même bouche de métro. Ils ont visionné les vidéos de surveillance et repéré "un homme qui avait l'air d'être en surveillance", selon le commissaire. Les policiers ont alors mis en place un dispositif de surveillance dans le métro, qui a permis d'interpeller le suspect quelques heures après.

Jeudi dernier, l'homme, décrit comme un marginal, a été présenté à un juge d'instruction en vue de sa mise en examen. Confondu par son ADN, le suspect a toutefois nié toute implication.

A. G. avec AFP