BFMTV

Paris: nouvelle manifestation nocturne de policiers en colère

Les "nuiteux" réclament une revalorisation salariale et de meilleures conditions de travail.

Ils sont appelés "les nuiteux". Les policiers travaillant la nuit se sont une nouvelle fois rassemblés dans la nuit de lundi à mardi à Paris à l'appel du syndicat "Option nuit", cette fois devant le cimetière du Père-Lachaise, dans le 20e arrondissement de la capitale. Ils réclament une revalorisation salariale et de meilleures conditions de travail.

"Payé moins d'un euro de l'heure"

Ils sont environ 20.000 policiers, femmes et hommes, "à travailler la nuit, les week-ends, jours fériers compris, au détriment de la famille", souligne l'un d'entre-eux auprès de BFMTV, avant d'ajouter:

"Un policier nuiteux en France est payé moins d'un euro de l'heure (le montant de la prime de nuit, ndlr). Il n'y a aucune entreprise en France où les salariés accepteraient cette rémunération. On demande donc un vrai statut de nuiteux, de vraies conditions de travail et une reconnaissance surtout, ce qui nous manque à l'heure actuelle", explique-t-il, sous couvert d'anonymat.

Le mouvement, démarré dimanche soir, va se poursuivre toute la semaine. Créé en juin dernier, le syndicat "Option nuit" rassemble à l’heure actuelle 13.000 policiers nuiteux.

10 millions d'euros déjà promis

Fin juillet, Emmanuel Macron avait annoncé, lors d'un déplacement surprise dans deux commissariats parisiens une indemnité pour les "effectifs de police nationale mobilisés la nuit".

Sur proposition de Gérald Darmanain, une enveloppe de 10 millions d'euros spécifique avait été dévoilée. Il s'agissait d'une des revendications exprimées par les syndicats de police lors de leur rencontre avec le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin le 20 juillet. Cette indemnité "sera prévue dans le projet de loi de finances de 2021", précisait alors le communiqué de presse du ministère de l'Intérieur.

Esther Paolini Journaliste BFMTV