BFMTV

Paris: elle filme son harceleur en train de se masturber dans le métro

Agée de 20 ans, Safiétou a été victime de harcèlement sexuel dans le métro parisien. La jeune femme a filmé la scène avant de la poster sur les réseaux sociaux.

"Il ne se passe pas une semaine sans que ceci ne m’arrive". Cette fois, Safiétou a décidé de parler. Mercredi, cette jeune femme de 20 ans a publié une vidéo sur les réseaux sociaux témoignant d’une nouvelle scène de harcèlement sexuel dans le métro parisien.

Filmée par ses soins, la vidéo montre un homme assis en face d’elle en train de se masturber à travers son pantalon. "Au début, il m’agressait du regard […]. J’ai pris mon téléphone et il a commencé à se masturber. Je pense qu’il n’a pas remarqué que je le filmais, c’est pour cela qu’il était sans gêne. Il se stimulait en me disant ‘vous êtes magnifique’. C’était très gênant mais j’ai gardé mon calme", raconte Safiétou.

Et le cauchemar ne s’arrête pas là pour la jeune femme. "Quand je suis descendue (du métro, ndlr), il est descendu avec moi", poursuit-elle, indiquant que l’homme l’a "suivie" jusque dans la ligne 1 où elle prenait sa correspondance.

"Montrer aux gens ce qui se passe vraiment"

Dans la rame, l’individu se tient debout devant elle et l’observe à nouveau. Quand Safiétou décide de changer de place, il fait de même et va s’asseoir à côté d’elle. "Ça s’est arrêté quand le métro a commencé à être rempli. Ça a dû lui faire peur et il est descendu à Franklin Roosevelt".

À travers sa vidéo, Safiétou dit avoir voulu "dénoncer" et "montrer aux gens comment ça se passe vraiment" dans les transports en commun. Sur Twitter, elle a interpellé la RATP, lui demandant de "faire quelque chose". La régie des transports parisiens a répondu ce jeudi: 

"La RATP condamne fermement cet acte inacceptable. Nous avons pris contact avec la victime hier soir et ce matin pour l’inviter à porter plainte auprès de la police. La lutte contre le harcèlement est une priorité pour la RATP", a ajouté le groupe de transports.

Cette histoire n'est pas sans rappeler celle d'Aldélaïde qui avait, elle aussi, filmé son agresseur après avoir été victime de harcèlement dans les transports en novembre. L'homme avait été condamné à trois mois de prison avec sursis.

Simon Azélie avec Paul Louis