BFMTV

Paris: déclarée morte par le médecin, elle "ressuscite" sous les yeux de la police

Le maire (PS) de l'arrondissement Jérôme Coumet s'est félicité de cette "résurrection après Pâques"

Le maire (PS) de l'arrondissement Jérôme Coumet s'est félicité de cette "résurrection après Pâques" - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

En soulevant le drap qui protégeait le corps, les policiers ont découvert avec surprise que le supposé cadavre respirait.

Une femme de 49 ans a été déclarée morte par un médecin du SAMU jeudi dernier, avant de reprendre vie une heure plus tard sous les yeux incrédules des fonctionnaires de police, rapporte Le Parisien. 

Il est environ 18h quand les pompiers de la caserne Massena sont appelés pour une intervention sur un arrêt cardiaque dans un appartement du 13e arrondissement de la capitale. Une fois sur les lieux, ils ne peuvent que constater que la victime - une mère de famille souffrant d'anorexie mentale - ne respire plus. À 18h10, elle est déclarée morte par un médecin du SAMU.

Le cadavre respire

Une heure plus tard, la police prend le relais et entame les constatations d'usage. Sauf qu'en soulevant le drap qui protège le corps, ils s'aperçoivent que leur supposé cadavre respire encore.

Pour s'en assurer, le gardien de la paix prend le pouls "au niveau de la jugulaire" et "constate une réaction". Il improvise alors un massage cardiaque téléguidé au téléphone par les pompiers. Et, au bout de trente minutes, le cœur de la mère de famille reprend son "rythme de croisière". Officiellement vivante, elle est transportée en réanimation à l'hôpital Necker. 

Une "résurrection après Pâques"

Le maire (PS) de l'arrondissement Jérôme Coumet s'est félicité de cette "résurrection après Pâques". Le commissaire de police du XIIIe arrondissement a quant à lui demandé que ses deux fonctionnaires soient décorés de la médaille du courage et du dévouement. 

Claire Rodineau