BFMTV

Paris dans le hand: les images du match Montpellier-Cesson analysées

Luka et Nikola Karabatic, deux frères mis en cause dans l'affaire des paris truqués.

Luka et Nikola Karabatic, deux frères mis en cause dans l'affaire des paris truqués. - -

La justice a saisi un expert pour analyser les images du match de handball Montpellier-Cesson du 12 mai dernier, sur lequel pèsent des soupçons de paris truqués.

Après l'audition des joueurs, l'enquête sur les soupçons de paris illégaux lors du match de handball Montpellier-Cesson, le 12 mai dernier, se tourne vers les images de la rencontre. Le magistrat instructeur a en effet saisi un expert pour les analyser et y détecter une "éventuelle carence volontaire".

L'idée de cette expertise sur les performances des joueurs du Montpellier agglomération handball (MAHB) est "de vérifier l'hypothèse d'une entente entre les joueurs visant à influencer le résultat du match à la mi-temps", a précisé cette source, confirmant une information du Midi Libre.

Détecter une "éventuelle carence volontaire"

L'expert Pierre Sallet, un physiologiste auquel un DVD de la rencontre sera fourni, va étudier les comportements et le jeu des joueurs afin de mettre en lumière une "éventuelle carence volontaire intra et/ou interindividuelle du niveau de jeu pendant la première période de cette rencontre". L'expert aura également la possibilité d'étudier d'autres images de la rencontre que ce DVD officiel.

Dans cette affaire, après avoir pris longtemps la défense de ses joueurs, l'entraîneur montpelliérain Patrice Canayer qui a vu et revu les images de la rencontre a fait part de ses doutes sur la sincérité du résultat. Il n'a cependant pas précisé sur quels éléments portaient ses interrogations.

Treize personnes ont été mises en examen dans cette affaire, dont sept joueurs de Montpellier. Cinq d'entre eux ont aujourd'hui quitté le club, parmi lesquels l'emblématique Nikola Karabatic qui a rejoint Aix-en-Provence.


A LIRE AUSSI:

>> Handball : une faille dans l'affaire des paris truqués ?

>> Paris truqués : qui a dit quoi ?

A. G. avec AFP