BFMTV

Opération antiterroriste visant une association à Grande-Synthe dans le Nord

Les policiers à Grande-Synthe

Les policiers à Grande-Synthe - BFMTV

Les avoirs de l'association ont par ailleurs été gelés. Dans le cadre de l'enquête, les avoirs du ministère iranien du Renseignement ont aussi été gelés.

Environ 200 policiers nationaux menaient mardi matin douze perquisitions à Grande-Synthe, dans le Nord, au siège de l'association "Centre Zahra France" et aux domiciles de ses principaux dirigeants en raison de leur "soutien marqué" à "plusieurs organisations terroristes", a annoncé la préfecture. 30 policiers du RAID ont aussi été déployés sur place. Cette opération, commencée à 6h00, "s'inscrit dans le cadre de la prévention du terrorisme", a ajouté la préfecture dans un communiqué.

Selon nos informations, la police a procédé à onze interpellations. Trois personnes ont été placées en garde à vue notamment pour détention illégale d'arme à feu. Dans la soirée, un a été déféré et les deux autres remis en liberté.

Les avoirs de l'association ont par ailleurs été gelés. Dans le cadre de l'enquête, les avoirs du ministère iranien du Renseignement ont aussi été gelés. 

Le centre Zahra héberge plusieurs associations parmi lesquelles le Parti antisioniste, la Fédération chiite de France ou France Marianne Télé. Elles sont soupçonnées par les autorités françaises de légitimer le jihad et de faire l'apologie de mouvements terroristes comme le Hamas palestinien ou le Hezbollah libanais.

Une salle de prière fermée 

Les activités de l'association sont "particulièrement suivies en raison du soutien marqué par ses dirigeants à plusieurs organisations terroristes et en faveur de mouvements prônant des idées contraires aux valeurs de la République", a décrit la préfecture. Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, a annoncé la fermeture de la salle de prière du site et exprimé sa gratitude à l'égard des forces de l'ordre engagées dans l'opération. 

Des visites domiciliaires 

Ces "visites domiciliaires", au nombre de douze comme l'a annoncé la Place Beauvau dans un communiqué, ont été sollicitées par le préfet du Nord auprès du juge des libertés et de la détention du tribunal de grande instance (TGI) de Paris qui les a autorisées après avis du procureur de la République de Paris et du procureur de la République de Dunkerque. Six ordinateurs ont été saisis. 

Elles sont prévues par le Code de la sécurité intérieure et en vertu de dispositions introduites par la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme (SILT) du 30 octobre 2017. Sur son site internet, l'association "Centre Zahra France" dit avoir pour but "de faire connaître le message de l'Islam à travers le regard du Prophète et de sa famille; de les faire connaître, de traduire leurs pensées et de témoigner de leurs oeuvres". Selon sa page Facebook, elle a été fondée en novembre 2009.

R.V. avec AFP