BFMTV

Nourrissons morts à Chambéry: Touraine veut suspendre la production du laboratoire Marette

La ministre de la Santé, en visite au CHU de Chambéry dimanche, discute avec le chef du service de réanimation néonatale.

La ministre de la Santé, en visite au CHU de Chambéry dimanche, discute avec le chef du service de réanimation néonatale. - -

La ministre de la Santé a déclaré lors d'une conférence de presse que les analyses sur les poches ont montré une contamination de six d'entre elle par "un seul et même germe d'origine environnementale".

Les informations commencent à filtrer dans l'affaire des nourrissons retrouvés mort à Chambéry début décembre. La ministre de la Santé Marisol Touraine a donné une conférence de presse où elle a notamment décidé de suspendre la production du laboratoire Marette, responsable de la fabrication des poches de nutrition contaminées. Une suspension contre laquelle le laboratoire envisage des recours, selon son avocat.

Des analyses effectuées sur un lot suspect de poches alimentaires saisies à l'hôpital de Chambéry où trois nouveaux nés sont décédés ont ainsi montré une contamination de six d'entre elles par "un seul et même germe d'origine environnementale", encore inconnu, a affirmé Marisol Touraine. Elle a également soutenu que "l'accident était d'une gravité exceptionnelle".

Un peu plus tôt dans l'après-midi, le procureur de la République à Marseille a également donné une conférence de presse au cours de laquelle il a précisé que "trois de ces six poches étaient sous scellés, fermées, non ouvertes et s'avèrent néanmoins contaminées par un germe rare, difficile à identifier". Une information confirmée par l'Institut Pasteur, qui a parlé d'une entérobactérie de l'environnement, une nouvelle espèce non décrite a ce jour et encore sans nom.

Le parquet de Marseille a ouvert lundi une information judiciaire dans ce dossier pour les "quatre chefs possibles" de "homicide et blessure involontaires, mise en danger délibéré de la vie d'autrui, et fabrication de médicaments sans respecter les bonnes pratiques".

Forte demande de la part des familles

Selon le procureur, la juge Annaïck Le Goff, vice-présidente du pôle de santé publique de Marseille, va dans les prochains jours se rendre à Chambéry pour rencontrer les enquêteurs mais aussi "se tenir à la disposition des familles des victimes qui, si elles le souhaitent, pourront la rencontrer".

"Il y a une forte demande de la part de ces familles qui ont même parfois été jusqu'à regretter qu'on ne les ait pas prévenues du transfert du dossier" à Marseille, a souligné le procueur de la République.

Le pôle de santé marseillais est compétent pour 22 départements et est chargé des dossiers complexes de ce type, a expliqué à la presse le procureur, aux côtés de deux experts, un pharmacien et un médecin inspecteur de santé publique.

E.B. avec AFP