BFMTV

Nord: ses fils trop souvent absents à l'école, une mère condamnée à six mois de prison avec sursis

Le palais de justice d'Angoulême. (Photo d'illustration)

Le palais de justice d'Angoulême. (Photo d'illustration) - JLPC - Wikimedia Commons

Une mère de famille a été condamnée mardi à six mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel du nord parce que ses enfants se sont insuffisamment présentés à l'école durant l'année 2015-2016.

Durant l'année scolaire 2015-2016, des frères jumeaux âgés de huit ans alors ont très souvent manqué l'école, le tout sans que leur mère juge bon, en général, de justifier ces absences. Ce mardi, le Courrier picard a signalé que celle-ci, domiciliée à Condé-sur-l'Escaut, avait été condamnée à six mois de prison avec sursis. Elle doit en plus s'acquitter d'une amende de 1.100 euros auprès du Conseil départemental pour le compte de ses deux enfants. 

Les policiers obligés de venir la chercher

Cette mère de famille s'était d'ailleurs au préalable vue imposer un stage de responsabilité parentale... obligation à laquelle elle avait choisi de ne pas satisfaire. Ce n'est pas tout. A l'origine, elle devait comparaître le 12 octobre dernier devant la justice. Or, elle ne s'était pas rendue au tribunal. Pour s'assurer cette fois-ci de sa présence, la justice a dû délivrer un mandat d'amener, c'est-à-dire que les policiers ont dû venir la chercher à son domicile.

Enfin, durant l'audience, elle a admis ne pas connaître le nom de l'école où sont inscrits ses enfants, ni du nom de son directeur, ni de leur enseignante. Le parquet a indiqué qu'il n'hésiterait pas à requérir la prison ferme une prochaine fois, si la situation scolaire de ses fils ne s'améliorait pas. 

Le Parisien s'est penché sur l'article 227-17 du Code pénal qui a pu justifier cette condamnation. Selon le texte, la condamnation pour un parent s'étant soustrait à "ses obligations légales au point de compromettre la santé, la sécurité, la moralité ou l'éducation de son enfant mineur" peut aller jusqu'à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende. 

Robin Verner