BFMTV

Nord: corps retrouvé calciné dans une voiture en décembre, le demi-frère passe aux aveux

-

- - Un brassard de police - Illustration AFP

Un homme a avoué le meurtre de son demi-frère, dont le corps avait été retrouvé calciné dans une voiture à Quarouble (Nord) en janvier 2016.

Le demi-frère d'un homme dont le corps a été retrouvé calciné dans le coffre d'une voiture à Quarouble (Nord) en décembre est passé aux aveux et a été mis en examen pour meurtre, sur fond de rivalité amoureuse, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

"David L. a été mis en examen pour meurtre, atteinte à l'intégrité du cadavre et dégradation par incendie d'un véhicule. Il a été placé en détention provisoire", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Valenciennes François Pérain. 

Le motif passionnel ou domestique vite privilégié

Le 7 décembre, un conducteur avait repéré sur un chemin une Peugeot en feu, près de Valenciennes. L'autopsie avait permis d'établir que la victime, Alexandre D., 30 ans, originaire de Denain, avait été précédemment tuée de deux coups de couteau, selon une source policière.

Les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire (PJ) de Lille, qui avait été saisie par le parquet de Valenciennes, ont progressivement écarté la piste du règlement de comptes pour s'intéresser à un motif domestique ou passionnel.

Son appartement brûle quelques jours après le crime

Après avoir été placé en garde à vue lundi à la PJ de Lille, David L., âgé de 33 ans, est passé aux aveux: "la victime avait une relation extraconjugale avec la femme de son demi-frère", selon la même source.

L'auteur et la victime, tous deux connus des services de police notamment pour des faits de vols ou d'incendie, viennent d'une fratrie d'un quartier populaire de Denain, avec leur mère commune qui a eu "au moins huit enfants". 

Quatre jours après l'homicide, l'appartement de David L. avait été complètement carbonisé. "Il a incendié son appartement pour gommer toutes les traces du crime pour les constatations", selon la source policière. Cependant, David L. "a avoué l'homicide mais pas l'incendie criminel", a-t-elle ajouté.

G.D. avec AFP