BFMTV

Nice: Estrosi refuse de retirer son arrêté anti-drapeaux

Christian Estrosi le 16 mars dernier à Nice, lors d'un meeting électoral.

Christian Estrosi le 16 mars dernier à Nice, lors d'un meeting électoral. - -

Le maire de Nice refuse de retirer son arrêté anti-drapeaux, suspendu vendredi par la justice administrative.

Christian Estrosi fait de la résistance. Le maire de Nice refuse de retirer son arrêté anti-drapeaux étrangers, malgré la décision de la justice administrative de le suspendre vendredi matin.

"Il appartient à l'Etat d'assurer l'ordre public, mais force est de constater que le gouvernement socialiste est en incapacité d'assumer cette mission (...) Face à cette perte de l'autorité de l'Etat que je n'accepterai jamais, je ne retire pas cet arrêté dans l'attente du jugement au fond", a-t-il fait savoir dans un communiqué publié après l'annonce de la décision du tribunal administratif.

Un arrêté qui devait durer jusqu'au 13 juillet

Le 30 juin dernier, le maire de Nice avait décidé d'interdire l'utilisation "ostentatoire" de drapeaux étrangers dans la ville pendant la durée de la Coupe du monde de football, jusqu'au 13 juillet.

"La Présidente du tribunal administratif de Nice a, à la requête de la Ligue des droits de l'Homme et de l'Association pour la démocratie à Nice et dans les Alpes-Maritimes, prononcé (...) la suspension de l'exécution de l'arrêté litigieux du maire de Nice, jusqu'à ce qu'il soit statué au fond sur la requête tendant à son annulation", selon le texte de la décision.

A. K. avec AFP