BFMTV

Naufrage d'un chalutier: un pêcheur découvert mort, un autre disparu

Naufrage d'un chalutier mardi en Charente-Maritime, un pêcheur toujours porté disparu

Naufrage d'un chalutier mardi en Charente-Maritime, un pêcheur toujours porté disparu - (photo d'illustration) Miguel Riopa / AFP

Le chalutier Black Pearl a activé sa balise de détresse mardi après-midi au large de Royan, en Charente-Maritime. Depuis, les secours ont retrouvé le corps d'un des pêcheurs qui se trouvait à bord, le deuxième reste introuvable.

Un pêcheur a été découvert noyé et un autre est porté disparu après le naufrage d'un chalutier au large de Royan, en Charente-Maritime, a-t-on appris auprès du service de secours maritime qui ont relancé les recherches ce mercredi matin.

La balise de détresse activée

L'alerte a été donnée mardi après-midi lors du déclenchement peu avant 15h30 de la balise de détresse du chalutier Black Pearl, qui se trouvait alors à environ 55 kilomètres de la pointe de Grave, précise le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) d'Etel, selon qui la mer était forte avec des vagues de deux à quatre mètres.

Le bateau, immatriculé à l'Ile d'Oléron, compte deux membres d'équipage à bord. Les recherches lancées immédiatement par moyens nautiques et aériens, notamment deux hélicoptères et un avion de patrouille maritime, ont permis de retrouver de "nombreux débris en surface" ainsi "qu'un radeau de sauvetage vide à la dérive".

Un corps flottant à la surface

Peu après 18h, "un corps inanimé flottant à la surface de l'eau" a été repéré puis hélitreuillé. Le décès a été constaté par le médecin à bord, précise le Cross dans un communiqué.

Suspendues aux alentours de 21h30, les recherches ont repris ce mercredi matin, a indiqué le Cross-Etel. Une vedette de surveillance de la douane et deux canots de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), qui avaient participé aux recherches mardi, ont appareillé en début de matinée pour reprendre l'exploration de la zone. Une enquête a été ouverte par la brigade de surveillance du littoral de La Rochelle.

M. F. avec AFP