BFMTV

Nantes: la porte d'une mosquée détruite par un incendie

La mosquée Arrahma dont la porte a été endommagée par un incendie.

La mosquée Arrahma dont la porte a été endommagée par un incendie. - Capture d'écran - Google Street View

Une enquête pour dégradation de lieu de culte a été ouverte et confiée à la sûreté départementale après la destruction à Nantes de la porte d'une mosquée dans un incendie.

La porte d'une mosquée située dans le nord de Nantes a été détruite par un incendie dans la nuit de jeudi à vendredi et une enquête pour dégradation de lieu de culte a été confiée à la sûreté départementale, selon une information obtenue vendredi de sources concordantes.

"Une enquête judiciaire est en cours sur cet incendie, dont l'origine est pour le moment inconnue", a expliqué la préfecture de Loire-Atlantique.

Darmnin adresse son "plein soutien" aux musulmans de Loire-Atlantique

Selon la police, l'incendie a été signalé à 02h43 et une "porte à double battants en bois" a été détruite, "mais un volet métallique (noirci) fermé bloquait toujours l'entrée". L'incendie a été causé par un "feu de containers remplis de cartons placés devant cette porte", explique encore la police.

Nous avons "été engagés pour un feu de poubelles à proximité de la mosquée", ont confirmé les pompiers de Loire-Atlantique, félicités par le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, dans un tweet.

Gérald Darmanin a également exprimé son "plein soutien aux musulmans de Loire-Atlantique" dans ce message.

"On ne comprend pas ce qui a pu se passer"

"On n'a pas de problème, on n'a pas eu de menaces non plus récentes, en général ça se passe plutôt bien, nous, de notre côté. Donc on ne comprend pas ce qui a pu se passer, il n'y a pas de tags", a réagi le secrétaire de l'association Mosquée Arrahma.

"On a déclaré le sinistre auprès de notre assurance ce matin et on va aller déposer plainte cet après-midi", a-t-il ajouté. Il faudra repeindre la façade et réparer la porte détruite, mais la mosquée reste accessible via ses deux autres entrées, a-t-il expliqué.
H.G. avec AFP