BFMTV

Nancy: un appel à témoins lancé pour retrouver les auteurs d'une agression près de la gare

La gare de Nancy.

La gare de Nancy. - Google Street View

Les autorités ont lancé un appel à témoins, ce lundi, afin de recueillir des informations sur l'agression d'un homme d'une soixantaine d'années survenue dimanche soir, près de la gare de Nancy. L'homme, désormais en état de mort cérébrale, a été roué de coups par une bande de jeunes.

La police nationale de Meurthe-et-Moselle a lancé un appel à témoins, ce lundi, afin de retrouver "les auteurs d'une agression commise le dimanche 23 juin 2019 vers 21h50" à Nancy. 

Dans une publication Twitter, la police rapporte qu'"une personne vulnérable" a été agressée "par un groupe d'individus place Simone Veil à Nancy, à proximité de la gare SNCF". Elle ajoute qu'une enquête a été ouverte au commissariat de Nancy afin de déterminer les circonstances de l'agression.

"Un groupe d'une demi-douzaine de jeunes s'en est pris pour une raison inexpliquée à cet homme", a dit le procureur de la République à Nancy, François Pérain. La victime est âgée de 62 ans, et non pas née en 1962 comme indiqué précédemment par le parquet.

Son pronostic vital "fortement engagé"

La victime était un homme marginal âgé de 57 ans, rapporte le quotidien L'Est Républicain. L'homme a été verbalement agressé par une bande d'une dizaine de jeunes, et accusé d'avoir sexuellement agressé un des membres du groupe. Il a ensuite été roué de coups par les jeunes. Une première scène de violences s'est déroulée dans la gare, puis une seconde sur le parvis, où une bicyclette a été lancée en direction du sexagénaire.

Selon la source policière, les jeunes ont importuné la victime, puis l'ont fait tomber au sol et lui ont porté des coups à la tête. Il se trouve actuellement en état de mort cérébrale, a précisé une source policière auprès de BFMTV.

"Son état évoluant au cours de l'après-midi, le médecin légiste a conclu à un pronostic vital fortement engagé", a souligné le procureur. "Le médecin légiste a relevé l'existence d'un saignement intracrânien avec oedème majeur et engagement cérébral", a décrit François Pérain.

Six mineurs déjà arrêtés

Trois des suspects, dont deux sont des ressortissants kosovar et turc, avaient été interpellés dimanche peu après les faits, et placés en garde à vue. Deux sont âgés de 14 ans et le troisième de 15 ans. Ils sont hébergés dans un foyer pour mineurs, selon une source policière.

Une jeune majeur de 19 ans et deux hommes âgés de 23 ans ont été aussi interpellés lundi après-midi et placés en garde à vue, a annoncé François Pérain. Deux d'entre eux ont été identifiés à la suite de l'exploitation des images de vidéo-surveillance de la gare.

Lors de leur garde à vue, les trois adolescents ont évoqué "une rumeur portant sur une exhibition sexuelle commise par la victime" pour expliquer les violences, reconnues par deux d'entre eux, a-t-il précisé. La victime est défavorablement connue de la justice, (mais) elle n'avait jamais été mise en cause pour des faits de nature sexuelle", a relaté François Pérain.

Il s'agit d'un homme "en grande précarité", "pris en charge par l'hôtel social (dispositif d'hébergement pour les personnes en difficultés financières et sociales, NDLR)", selon le magistrat.

Un juge d'instruction devrait être saisi d'ici mardi, mais les prévenus pourraient être amenés à comparaître pour "des faits d'homicide aggravé", explique L'Est Républicain.

Les autorités invitent donc quiconque ayant des informations sur cette agression à contacter le commissariat de Nancy au 03.83.17.28.87 ou au 03.83.17.28.10.

Jeanne Bulant