BFMTV

Nancy: des surveillants bloquent l'accès à la prison

BFMTV

Une cinquantaine de surveillants ont bloqué mardi matin les accès à la prison de Nancy-Maxéville, afin de protester contre leurs conditions de travail, et notamment un trop grand nombre d'heure supplémentaires, a-t-on appris de source syndicale.

Réunis dès 6h30 à l'appel du syndicat FO, les manifestants ont empêché les extractions de détenus et les accès au parloir. Au bout d'une heure, ils ont été délogés sans violence par les CRS.

Selon les protestataires, la situation dans la nouvelle prison de Nancy (ouverte en 2009) est comparable à celle prévalant à Lille-Sequedin, où une centaine de leurs homologues avaient manifesté lundi pour réclamer une amélioration de la sécurité, près d'un mois après l'évasion de Redoine Faïd, 40 ans, toujours en fuite.

A Nancy, "il n'y a qu'un seul surveillant par étage, et nous en sommes à 5.000 heures supplémentaires par mois", a dénoncé Fadila Doukhi, de FO.

Les surveillants entendaient également protester contre une décision d'octobre du tribunal administratif de Nancy, qui condamne le caractère systématique des fouilles de détenus.

Le centre de détention de Nancy-Maxéville avait été présenté comme "moderne, novateur et humain" par Rachida Dati, alors garde des Sceaux, lors de son inauguration en juin 2009, mais il est régulièrement critiqué par les syndicats de surveillants, qui lui reprochent notamment son gigantisme, lequel favoriserait, selon eux, un nombre croissant d'agressions.