BFMTV

Mur des cons: l'auteur des images renvoyé devant une conseil de discipline

Le "mur des cons", où les photos nombreuses personnalités politiques (surtout de droite) étaient affichées.

Le "mur des cons", où les photos nombreuses personnalités politiques (surtout de droite) étaient affichées. - -

Le journaliste de France 3 qui avait filmé le "Mur des cons" dans les locaux du Syndicat de la magistrature a été renvoyé devant un conseil de discipline de la chaîne publique, selon la direction.

Clément Weill-Raynal, le journaliste de France 3 auteur des images du "Mur des cons" a été renvoyé devant un conseil de discipline de l'entreprise, a-t-on appris vendredi auprès de la direction de la chaîne publique.

"Nous avons pris la décision de convoquer un conseil de discipline, conformément aux règles qui s'appliquent au sein de l'entreprise, qui se tiendra au début du mois de juin", a expliqué Pascal Golomer, directeur de la rédaction nationale de France 3.

"Ce conseil est composé de représentants des salariés, des délégués du personnel titulaires du siège de France Télévisions, et de représentants de la direction. Il rendra un avis, qui n'est que consultatif, préalable à la sanction que prendra la direction", a-t-il ajouté.

Convoqué pour avoir menti à sa rédaction

Il est reproché à Clément Weill-Raynal, auditionné mardi par la direction de France 3, d'avoir d'abord menti sur l'origine de ces images qu'il avait pourtant filmées. Après leur diffusion par le site atlantico.fr, il avait convaincu la chaîne de les utiliser et de les commenter lui-même dans le journal télévisé, dissimulant, avant d'avouer, que c'était lui qui les avait captées et transmises à des tiers.

Au siège du SM, sur ce "Mur des cons" figuraient les photos de ceux ou celles qui avaient tenu des propos considérés comme anti-SM. Cette initiative avait été jugée "potache" par différents magistrats.

De l'avertissement au licenciement

"Les faits reprochés à l'intéressé portent uniquement sur le non-respect par le salarié de ses obligations contractuelles: il n'a, à aucun moment, informé sa rédaction qu'il avait filmé ces images, il a caché en être l'auteur, y compris lorsqu'il les a commentées à l'antenne, et il a nié devant sa hiérarchie les avoir filmées", a rappelé le patron de la rédaction de France 3.

L'auteur des images peut écoper d'un simple avertissement, d'un blâme, d'une mise à pied voire d'un licenciement.