BFMTV

Mougins: un Ehpad visé par une enquête pour "homicides involontaires" après la mort de 37 résidents du Covid-19

37 résidents sont décédés à l'Ehpad de Mougins.

37 résidents sont décédés à l'Ehpad de Mougins. - AFP

Quatre plaintes ont été déposées contre la direction de l'Ehpad de Mougins, dans les Alpes-Maritimes après la mort de 37 résidents du coronavirus.

L'enquête, ouverte au début du mois d'avril par le parquet de Grasse pour "homicide involontaire" et "omission de porter secours à personnes en péril", se poursuit afin de faire la lumière sur les conditions dans lesquelles 37 résidents, sur 109, de l'Ehpad Riviera à Mougins ont trouvé la mort.

Les investigations, menées par la brigade de recherches de Cannes, la section de recherches de Marseille et l'office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique, "ont pour objet d'identifier les violations éventuelles aux obligations de sécurité et de prudence et d'établir les relations avec les décès constatés", précise le parquet de Grasse dans un communiqué.

Des tests tardifs?

Cette enquête a été ouverte le 2 avril après le dépôt d'une plainte par la famille d'un pensionnaire. Au total, quatre plaintes ont été déposées entre le 2 et le 10 avril. La mairie de Mougins s'est également associée à cette action en portant plainte à son tour le 14 avril. Enfin, une plainte collective, regroupant quatre famille, a été enregistrée le 15 avril. Les familles dénoncent un manque de transparence.

"Nous n'avions pas d'informations, ils ont laissé mourir ma grande-mère dans sa chambre sans que l'on puisse la voir, sans que l'on puisse l'accompagner dans ses derniers moments, sans qu'on puisse l'avoir au téléphone", dénonçait sur BFMTV Arnaud dont la grand-mère est décédée subitement.

Le premier cas dans cet Ehpad, d'Alpes-Côte-d'Azur, a été recensé le 15 mars. Contactée la direction assure avoir appliqué les gestes barrières, personnes âgées confinées et visites interdites. Le maire de Mougins, Richard Galy, avait lui réclamé que l'ensemble des résidents et du personnel soit dépisté.

"Les tests n'ont été réalisés que le 6 avril, il y a un vrai dysfonctionnement au niveau des tests qui ont été sollicités depuis de nombreuses semaines par les famille", rappelait le 9 avril sur RMC Me Fabien Arakelian, avocat des familles des pensionnaires de l'Ehpad. "Il va falloir que la justice s'empare de ce dossier."
Justine Chevalier