BFMTV

Moselle: une femme à nouveau acquittée en appel pour la mort de trois nouveau-nés

Illustration - Une cour d'Assises - AFP

Illustration - Une cour d'Assises - AFP - -

Les cadavres de deux des trois nourrissons avaient été découverts dans un congélateur et un panier à linge en 2007 et 2009 par son ex-compagnon, déclenchant l'enquête.

Une mère de cinq enfants, jugée en appel par la cour d'assises de Moselle pour le meurtre de trois nouveau-nés entre 2000 et 2008, a été une nouvelle fois acquittée, a-t-on appris mercredi auprès de son avocate. Karine Hatterer, 46 ans, avait été acquittée en première instance par la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle en mai 2018.

"À aucun moment elle n'a eu de geste homicide, à aucun moment elle n'a abandonné ses bébés", a souligné son avocate, Virginie Weber, plaidant l'acquittement au égard du manque de preuves.

Accouchements sordides

La mère de famille a affirmé avoir découvert tardivement ses grossesses et avoir accouché seule à trois reprises dans un garage, sur un terrain vague et dans les toilettes, d'enfants morts. L'examen des dépouilles n'a pas permis de déterminer si les nouveau-nés étaient vivants à la naissance. Dans son verdict, la cour d'assises a écarté le déni de grossesse, plaidé par son avocate. Un expert psychiatre avait aussi repoussé cette hypothèse. 

"C'est toujours elle qui décide" de donner la vie ou la mort, a au contraire estimé l'avocate générale, Clara Ziegler, requérant contre l'accusée "cinq ans de prison dont trois pourraient être assortis d'un sursis" avec un suivi socio-judiciaire "pendant au moins dix ans". 

La magistrate a demandé la requalification des faits de meurtres en "privations de soins ayant entrainé la mort" pour deux nourrissons nés en 2007 et 2008, dont les causes du décès n'ont pu être établies en raison de leur état de décomposition avancée. 

"Je ne les ai pas tués"

L'avocate générale avait requis l'acquittement pour la mort d'un bébé né en 2000, décédé d'une détresse respiratoire aiguë liée à l'inhalation du liquide amniotique. 

"Je ne les ai pas tués. Je les ai pris contre moi", a répété au cours de son procès la mère, aux longs cheveux noirs encadrant un visage pâle, reconnaissant néanmoins ne pas leur avoir apporté de soins. 

Les cadavres de deux nourrissons avaient été découverts dans un congélateur et un panier à linge en 2007 et 2009 par son compagnon, dont elle est séparée depuis, à leurs domiciles à Foug et Ecrouves (Meurthe-et-Moselle). Le corps putréfié d'un troisième bébé avait été retrouvé dans les combles de l'habitation sur les indications de Karine Hatterer. 

La quadragénaire a eu quatre enfants entre 1998 et 2010 avec son ancien conjoint, le père des trois nouveau-nés décédés, puis un garçon avec un autre homme. Son entourage l'a décrite comme une mère aimante et attentive.

L.A. avec AFP