BFMTV

Mort de Naomi Musenga: une information judiciaire ouverte pour "non-assistance à personne en péril"

-

- - AFP

Le décès de la jeune mère de famille de 22 ans a été causé par une intoxication au paracétamol qu'elle a ingurgité pendant plusieurs jours.

La justice veut des réponses supplémentaires. Une information judiciaire pour "non-assistance à personne en péril" contre l'opératrice du Samu de Strasbourg va être ouverte par le parquet alsacien dans le cadre de l'affaire sur le décès de Naomi Musenga en décembre dernier après des appels aux services du Samu. Les investigations concernent également le chef d'"homicide involontaire" contre X.

Véritable question posée par les parents de la victime, le parquet de Strasbourg a indiqué que Naomi Musenga, une jeune femme de 22 ans, est morte d'une intoxication au paracétamol absorbé pendant plusieurs jours. "La destruction évolutive des cellules de son foie a emporté une défaillance de l'ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès", précise le communiqué de la procureur Yolande Renzi.

Le 29 décembre 2017, Naomi Musenga avait contacté les services du Samu pour des douleurs au ventre. L'opératrice au bout du fil a employé "un ton dur, intimidant et déplacé face à des demandes d'aide réitérées" et ne transfère pas l'appel à un médecin, "bien que deux médecins soient présents", ont noté les inspecteurs de l'Igas (Inspection générale des affaires sociales) dans leur rapport. Après ce rapport, le directeur du Samu de Strasbourg avait démissionné.

Justine Chevalier