BFMTV

Mort d'un Roumain au centre de rétention de Vincennes

Le centre de rétention de Vincennes

Le centre de rétention de Vincennes - JACQUES DEMARTHON / AFP

La victime avait été examinée par un médecin avant son entrée dans le centre. Une enquête a été ouverte par le commissariat du XIIe arrondissement de Paris.

Ce lundi soir, un Roumain d'une vingtaine d'années a perdu la vie au centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes, où il venait d'être placé, apprend-on mardi de source proche de l'enquête.

"Il était arrivé samedi, il n'y a pas de violences déclarées, ni avec les gardiens, ni avec des co-retenus", a souligne cette source.

C'est l'un d'eux, qui partageait sa chambre, qui a donné l'alerte après avoir retrouvé la victime inanimée dans son lit. Son décès a été constaté à 19h par le Samu.

Médicaments saisis 

Selon le témoignage du co-retenu, le jeune homme "ne dormait pas depuis deux jours et avait pris des médicaments", qui ont été saisis sur place, a précisé à l'AFP la préfecture de police.

"L'homme avait vu un médecin avant d'intégrer le CRA et aucune incompatibilité de santé avec la rétention n'avait été constatée", a ajouté la PP.

Une enquête pour recherche des causes de la mort a été ouverte et confiée au commissariat du XIIe arrondissement de Paris, dont dépend le centre.

Quelque 220 personnes sont retenues au CRA de Vincennes d'une capacité de 239 places selon l'Assfam (Association service social familial migrants), présente dans ce centre où sont placés des migrants qui font l'objet d'une procédure d'expulsion.

Hugo Septier avec AFP