BFMTV

Mort d'un couple dans l'Indre: l'autopsie conforte l'hypothèse d'un féminicide

Le badge d'un officier de police (photo d'illustration).

Le badge d'un officier de police (photo d'illustration). - Denis Charlet / AFP

Les corps de l'homme de 86 ans et de son épouse de 89 ans ont été découverts après l'alerte de voisins et d'un porteur de repas, inquiets de voir les volets fermés et la porte close.

L'autopsie du corps de la femme découvert la semaine dernière auprès de son mari, à Villentrois (Indre), a permis d'établir qu'elle est morte par strangulation avant que son mari ne se donne la mort, a annoncé ce mardi le parquet de Châteauroux.

L'autopsie de l'épouse "a permis d'établir l'origine de sa mort, qui était jusqu'à présent inconnue, à savoir une mort par strangulation; la victime présentait également d'autres traces de violences", a expliqué dans un communiqué la procureure de la République Stéphanie Aouine.

"Les examens médico-légaux ont aussi permis d'établir que son décès était antérieur à celui de son mari, ce dernier étant décédé suite à un coup porté par arme à feu", a-t-elle précisé.

Le geste demeure "inexpliqué"

"L'ensemble de ces nouveaux éléments amène ainsi à privilégier la thèse de l'acte criminel du mari au préjudice de son épouse, suivi de son suicide", a-t-elle ajouté, tout en précisant que "en l'état des auditions et investigations réalisées, le geste de l'intéressé demeure inexpliqué".

Les corps de l'homme de 86 ans et de son épouse de 89 ans ont été découverts après l'alerte de voisins et d'un porteur de repas, inquiets de voir les volets fermés et la porte close.

En 2019, au moins 126 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, selon un décompte de l'Agence France-Presse (AFP).

C.Bo. avec AFP