BFMTV

Montargis: un homme en état d’ébriété vole la voiture du SAMU pour rentrer chez lui

Le véhicule du SMUR du Montargis a été dérobé dans la nuit de samedi 10 décembre.

Le véhicule du SMUR du Montargis a été dérobé dans la nuit de samedi 10 décembre. - Facebook SAMU 45

Le week-end dernier, un homme de 56 ans a volé le véhicule d’urgence du SMUR de Montargis peu de temps après son passage aux urgences. Il voulait simplement rentrer chez lui.

Son passage à l’hôpital de Montargis aura été remarqué. Dans la soirée du samedi 10 décembre, un patient du centre hospitalier a volé un véhicule du SAMU, directement dans le garage. Le patient souhaitait en réalité se faire raccompagner chez lui en ambulance mais sa demande n’a pas abouti.

Dans la nuit de samedi, préoccupée par l’état d’ébriété très avancé de l’homme, la famille du quinquagénaire a préféré appeler les urgences. Un véhicule du SAMU est ainsi passé le prendre à son domicile. Après avoir été examiné par le personnel médical, l’homme a demandé à être ramené chez lui en ambulance. "Puisqu'on est venu me chercher, on doit me ramener!", aurait-il dit, très en colère, selon les témoins de la scène. Mais l’hôpital de Montargis n’a pas répondu positivement à sa demande et l’homme s'est retrouvé sans solution pour rentrer chez lui.

Les clés étaient toujours sur le véhicule

Toujours soumis aux effets de l’alcool, il trouve alors une solution: voler un véhicule du SAMU. Rien de plus simple car les clés du véhicule étaient à portée de main, toujours insérées dans la porte de l’ambulance. C’est la procédure s’agissant des véhicules d’urgence, chaque seconde est précieuse.

Le service d’aide médicale du Loiret signale rapidement la disparition du véhicule, notamment via un article publié sur Facebook.

Les gendarmes finissent par retrouver le véhicule dans la nuit, vers 1h du matin, à une vingtaine de kilomètres de Montargis, devant le domicile du voleur.

L’homme est interpellé dans la foulée, toujours alcoolisé, puis placé en garde à vue. Pour cette virée nocturne dans un véhicule volé, l’homme encourt trois ans de prison et 15.000 euros d’amende.

Hervine Mahaud