BFMTV

Meurtre d'une mère et sa fille dans les Landes: le compagnon mis en examen

Les faits se sont produits à Mont-de-Marsan, dans les Landes.

Les faits se sont produits à Mont-de-Marsan, dans les Landes. - Capture d'écran Google Maps

Soupçonné d'être responsable du meurtre d'une mère et de sa fille, ce week-end dans les Landes, un homme a été mis en examen mardi pour "homicide volontaire".

Un homme de 40 ans soupçonné d'avoir tué sa compagne et leur bébé ce week-end à Mont-de-Marsan (Landes) a été mis en examen mardi pour "homicide volontaire sur mineur de 15 ans" et pour "homicide volontaire sur conjoint", a appris l'AFP auprès du parquet. Il a été placé en détention et encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Spirale de violence

"La chronologie des faits reste à vérifier", a indiqué à l'AFP le procureur de la République à Mont-de-Marsan, Jean-Philippe Récappé, mais selon les premiers éléments de l'enquête une dispute aurait d'abord éclaté samedi soir au domicile de sa compagne "après l'apéritif" et l'homme, originaire de l'Oise mais installé depuis plusieurs années dans les Landes, l'aurait mortellement frappée.

Il aurait ensuite déclaré aux enquêteurs avoir saisi l'enfant du couple, âgé de 20 mois, "par les pieds et frappé sa tête contre un mur". Il a ensuite déposé le corps du bébé dans un poubelle extérieure à l'habitation, l'aurait rentrée dans le domicile, puis aurait quitté les lieux en fermant la porte à clef.

Plus tard, dans la nuit de samedi à dimanche, l'homme s'est ensuite rendu chez une amie du couple âgée de 48 ans, lui avouant les faits, puis s'en prenant violemment à elle. Pour ces faits, il a été mis en examen pour "tentative d'homicide volontaire".

Il s'est ensuite rendu chez sa mère, avouant de nouveau les faits et tentant de l'étrangler "avant de s'arrêter de lui-même". Sa mère est parvenue à appeler les secours et l'homme a été arrêté sans opposer de résistance. Il a été mis en examen une quatrième fois, pour "violences sur ascendant".

Sous l'emprise d'amphétamines

Au cours de sa garde à vue, l'homme a reconnu les faits en soulignant qu'il était sous l'emprise d'amphétamines. "Ce sont ses mains qui ont fait ça mais pas lui", a-t-il dit, selon le procureur. Au cours de perquisitions à son domicile, "des quantités d'amphétamines achetées sur internet en quantité non négligeable" ont été découvertes, a-t-on précisé de même source.

Connu de la justice, l'homme avait en 2002 fait l'objet d'une condamnation en région parisienne à trois ans de prison pour tentative de vol. Cette affaire avait été jugée par une cour d'assises car elle avait provoqué un meurtre.

H. M. avec AFP