BFMTV

Melun: un avocat tire sur le bâtonnier au tribunal et se suicide

Un avocat a tiré sur le bâtonnier du barreau de Melun au tribunal de grande instance, avant de se suicider. La victime a été hospitalisée et se trouve dans un état critique mais stable, a appris BFMTV.

Un avocat qui avait rendez-vous avec le bâtonnier du barreau de Melun (porte-parole des avocats, ndlr) au tribunal de grande instance de Melun, dans son bureau, a fait feu ce jeudi matin peu après 9 heures, au deuxième étage du palais de justice, a appris BFMTV, présent sur place. 

La victime, qui a été immédiatement hospitalisée à Henri-Mondor, à Créteil, est dans un état critique mais stable, selon nos informations. Une source proche de l'enquête avait annoncé dans un premier temps qu'il était mort. 

Le porte-parole des avocats du barreau de Melun, père de famille, est âgé de 43 ans. Elu à la quasi-unanimité par ses pairs en 2008, Henrique Vannier était alors le plus jeune bâtonnier d'Île-de-France. Dans un communiqué, la Garde des Sceaux Christiane Taubira a réagi "avec effroi" à la nouvelle, et adressé "un message de sympathie" aux proches de la victime. 

Le tireur mort sur le coup

Le tireur présumé, lui, est mort sur le coup. Il aurait tiré trois coups de feu avant de retourner l'arme contre lui. Il s'agit selon les premiers éléments de l'enquête de Me Joseph Scipilliti, qui avait un contentieux de longue date avec le barreau de Melun. Sa hiérarchie lui reprochait notamment des manquements à la déontologie, des comportements inhabituels en audience, et le retard dans des paiements de cotisations. Une mesure de suspension à son encontre était en cours, ce qu'il contestait fermement. 

L'avocat, âgé d'une soixantaine d'années, représentait notamment les intérêts de Riposte Laïque et de Résistance républicaine, deux associations islamophobes et proches de l'extrême droite, et était décrit comme dépressif. Les sites des deux associations ont publié ce jeudi le "journal" de l'avocat, un document présenté comme un "testament" qui expliquerait son geste.

Joint par BFMTV.com, Pierre Cassen, président de Riposte Laïque, précise que le document lui a été envoyé par mail "ce jeudi matin, à 5h42" par Joseph Scipilliti, soit quelques heures avant les faits. Lui évoque "le geste d'un patriote désespéré", et estime qu'il est "une victime avant tout". 

Les avocats jamais fouillés à l'entrée des tribunaux

Comment cet avocat a-t-il pu pénétrer muni d'une arme dans le tribunal? Une avocate, jointe par BFMTV.com, indique les procédures de sécurité habituellement en vigueur dans les palais de justice.

"Dans un tribunal judiciaire, il y a nécessairement un portique de sécurité à l'entrée, au-dessous duquel tous les visiteurs doivent passer. Les affaires personnelles sont également scannées à chaque passage, comme dans les aéroports. Toutefois, les avocats sont exempts de cette obligation, il suffit de présenter sa carte professionnelle. Nous ne sommes jamais fouillés."

Ce privilège à l'entrée des tribunaux judiciaires est également accordé aux magistrats et aux journalistes judiciaires. Toutefois, précise l'avocate, à l'entrée du Conseil d'Etat et du Conseil constitutionnel, les avocats à la cour doivent franchir un portique de sécurité. 

Alexandra Gonzalez avec Cécile Ollivier