BFMTV

Mediator : « J’attends la mort », témoigne Françoise

-

- - -

Le Mediator pourrait être responsable de 220 à 300 décès à court terme et jusqu'à 1 800 à long terme, selon une étude publiée vendredi. RMC a recueilli le témoignage de Françoise, sous Mediator pendant 7 ans. Elle raconte aujourd'hui son calvaire.

C’est le témoignage poignant d’une femme qui a tout perdu, et en premier lieu la santé, à cause du Mediator. Selon un rapport judiciaire publié ce vendredi, qui confirme les études précédentes, le médicament, retiré du marché en 2010, pourrait être responsable de 220 à 300 décès à court terme et 1 300 à 1 800 à long terme. Les laboratoires Servier, qui ont commercialisé le Mediator pendant plus de 20 ans, sont soupçonnés d'avoir dissimulé la vraie nature du médicament, un coupe-faim présenté comme antidiabétique, mais qui provoquait des problèmes cardiaques et de l'hypertension artérielle pulmonaire, selon plusieurs études.

« Je n’ai plus rien. Je suis déjà morte »

Des symptômes dont souffre Françoise, 56 ans, qui a pris du Mediator pendant 7 ans. « Je rentre et je sors de l'hôpital sans arrêt parce que j'ai fait un infarctus du myocarde, j'ai la valvulo (valvulopathie, NDLR), de l'hypertension artérielle, la totale quoi ! », raconte-t-elle sur RMC. « J’ai pris du Mediator pour un surpoids. J'étais auxiliaire de vie, je ne travaille plus. J'ai quitté mon appartement où je ne pouvais plus payer mon loyer. Du coup, j'ai des amis qui m'hébergent gratuitement. Je n'ai plus rien », assure-t-elle les larmes aux yeux. Le Mediator a détruit sa vie, et aujourd’hui, cette vie, elle ne la supporte plus : « Pour moi je suis déjà morte. J'attends que ça m'arrive. Je suis prête si je dois en faire partie ».

Philippe Gril avec Jamila Zeghoudi