BFMTV

Marseille: un homme sort libre après avoir séquestré des infirmières

C'est à l'hôpital Nord de Marseille qu'a eu lieu une prise d'otage, en plein mois d'août.

C'est à l'hôpital Nord de Marseille qu'a eu lieu une prise d'otage, en plein mois d'août. - -

Dans la nuit du 12 au 13 août dernier, un homme armé a menacé des infirmières avec une arme à l'hôpital Nord de Marseille. Un évènement qui a été passé sous silence, révèle "La Provence".

Mise à jour: Ce jeudi matin, la direction réfute l’idée d’une prise d’otages -comme le titre La Provence-, et préfère parler d’une simple menace.

Etrange histoire que celle de cet homme armé à Marseille, que révèle La Provence dans son édition de jeudi. Dans la nuit du 12 au 13 août dernier, un patient de l'hôpital Nord de Marseille a séquestré des infirmières de l'établissement.

Opéré après des blessures par balle infligées quelques jours plus tôt dans un bar de la ville, il s'est fait apporter une arme à l'unité de chirurgie thoracique, où il avait été transféré, et a séquestré une partie du personnel pendant plusieurs heures.

Le forcené est reparti libre

"Il était convaincu que ses agresseurs le cherchaient partout dans l’hôpital pour l’exécuter. Alors il s’est fait amener une arme par un ami à lui", explique le Pr Thomas, qui a assisté à la scène.

Fait marquant, le forcené, appréhendé par la police, est reparti libre et n'a été qu'exclu de l'hôpital. "Les soignants qui ont été victimes de l’agression n’ont pas porté plainte car ils ne voulaient pas donner leur identité par peur des représailles", assure l'AP-HM.

Cette révélation a fait sortir de ses gonds Jean-Claude Gaudin, le sénateur-maire de Marseille, qui a martelé qu'il "réclamé sans cesse des effectifs supplémentaires" pour sa ville.

Quant à Patrick Mennucci, député et candidat à l’élection municipale à Marseille en 2014, il se déclare "stupéfait".

"Je ne comprends pas que la direction des hôpitaux, qui est censé au minimum protéger son personnel, n’ait pas porté plainte", a t-il regretté.

Un autre hôpital de Marseille, celui de la Conception, avait déjà été la cible de violences cet été. Un infirmier y avait été blessé à l'arme blanche par trois hommes, à la mi-août.

A. K.