BFMTV

Marseille: Mennucci relance le débat de la légalisation du cannabis

Les règlements de compte liés au trafic de drogue ont fait dix victimes à Marseille depuis le début de l'année. Face à cette violence, des voix s'élèvent pour réclamer la dépénalisation du cannabis et enrayer les trafics.

Dans la nuit de samedi, à Marseille, un nouveau règlement de compte a fait trois morts. Un drame qui porte à dix le nombre de victimes dans des affrontements de ce genre depuis le début de l'année, chaque fois liés aux trafics de drogue. Face à ces fusillades à répétition a resurgi le débat sur la légalisation du cannabis, qui en enrayant les trafics règlerait le problème des affrontements entre gangs rivaux.

La répression ne suffit pas

L'idée a été relancée par Patrick Mennucci. Le député socialiste des Bouches-du-Rhône a publié un communiqué suite à la fusillade survenue dans la nuit de samedi dans la cité Bassens à Marseille - quartier connu pour être un lieu de trafic de drogue.

Selon Patrick Mennucci, la politique gouvernementale de démantèlement systématique des réseaux de trafiquants ne peut suffire face à un marché du cannabis aussi important.

"C’est un métier - si on peut employer ce terme - où il n’y a pas de tribunal de commerce, il n’y a pas de prud'hommes, souligne Patrick Mennucci sur BFMTV. Les choses se règlent avec des kalachnikovs et des P38 [un type d'arme à feu, Ndlr]. C’est pour ça que je dis que si on veut enrayer ce travail, il faut travailler sur d’autres domaines que le domaine policier."

Une véritable économie s'est en effet construite autour de la vente de drogue à Marseille. Dans certaines cités, le trafic peut rapporter entre 40 et 50.000 euros de chiffre d'affaires par jour. Pour défendre ce business très lucratif, les dealers sont prêts à tout, y compris éliminer leurs concurrents à coup d'armes à feu.

La drogue, vecteur de paix sociale

L'écrivain, René Fregni, est né dans un quartier populaire de la cité phocéenne. Aujourd'hui, il anime des ateliers d'écriture en milieu carcéral, alors il connaît bien les jeunes concernés par le trafic de drogue. Selon lui, supprimer cette économie parallèle serait la pire des choses à faire.

"Il y a la cocaïne, il y a le shit, ça fait travailler les jeunes, avance René Fregni sur BFMTV. Si vous enlevez ça, c’est Molenbeek. C’est les cités qui brûlent, les voitures qui brûlent, et le terrorisme. Il n'y a pas de terrorisme à Marseille. Pourquoi? Parce qu’il y a de la thune. Moi j’ai fait écrire pendant 20 ans des délinquants à Luynes, aux Baumettes [deux prisons proches de Marseille, Ndlr]. Ils me disaient tous que tant qu’il y a de la thune, ça ne brûle pas."

Le débat sur la dépénalisation du cannabis n'est en tout cas pas récent, l'idée est même défendue depuis longtemps par plusieurs députés de gauche. Au-delà de la question des règlements de compte, une éventuelle légalisation pourrait rapporter près d'un milliard d'euros de recettes à l'État.

H. M. avec Antoine Heulard