BFMTV

Marseille: la crèche de la Busserine ne rouvrira pas en septembre en raison de l'insécurité

Les Quartiers Nord de Marseille

Les Quartiers Nord de Marseille - BERTRAND LANGLOIS / AFP

La Crèche de l'Oeuf, au coeur de la cité de la Busserine à Marseille, devrait fermer à la fin du mois de juillet en raison de l'insécurité qui règne dans le quartier.

Située dans le quartier de la Busserine à Marseille, la Crèche de l'Oeuf, qui existe depuis 38 ans, se voit contrainte de fermer ses portes à la fin du mois de juillet, après une série d'incidents survenus dans la cité depuis trois ans, du fait de la mainmise des gangs sur ce quartier.

Un impact de balle dans la palissade de la crèche

Le dernier en date, une fusillade à la kalachnikov le 21 mai dernier à proximité de la crèche, qui n'a heureusement fait aucun blessé. Après cet épisode, l'établissement avait annoncé le 13 juin chercher de nouveaux locaux, ses employés estimant ne plus pouvoir travailler en sécurité.

Le quartier de la Busserine fait partie de ces quartiers déshérités, plongé dans d'interminables travaux de rénovation urbaine et voisin de trafiquants.

"Il n'y a jamais eu d'incident grave, mais on devait s'arranger avec le contexte, c'était une charge mentale difficile à assumer", a déploré auprès de l'AFP Valérie Moulinier, déléguée générale d'Auteuil Petite Enfance qui gère la structure. Un impact de balle avait par ailleurs été retrouvé un jour dans la palissade de la crèche.

Incertitude sur l'avenir de la structure

Pourtant la direction de la crèche en a finalement décidé autrement et choisi sa fermeture définitive, pour des raisons de sécurité. Une nouvelle que le personnel a appris par les parents ou sur les réseaux sociaux.

La quinzaine d'employés va donc se retrouver au chômage et près d'une quarantaine de familles doivent désormais retrouver une crèche pour leurs enfants, deux mois avant la rentrée scolaire.

Lundi, des parents et le personnel de la Crèche de l'Oeuf se sont rassemblés pour protester contre la fermeture de la structure. Après quoi le directeur régional des Apprentis d'Auteuil, Bruno Galy, a indiqué à 20 Minutes être prêt à maintenir l'activité de la crèche, si une solution de mise aux normes des locaux est trouvée dans des délais raisonnables, "le temps d'intégrer un nouveau local".

L'avenir de la Crèche de l'Oeuf semble donc toujours incertain. Les 22 familles qui avaient une place réservée dans la structure pour septembre ont quant à elles reçu des propositions de repositionnement, dont 21 ont été acceptées.

M. F.