BFMTV

Marseille: deux immeubles se sont effondrés, recherches en cours

Deux immeubles se sont effondrés ce lundi matin à Marseille. On compte pour le moment deux blessés légers.

Selon nos informations, deux immeubles se sont effondrés à Marseille ce lundi matin. Un troisième est menacé. La préfecture des Bouches-du-Rhône a confirmé la nouvelle sur Twitter, recommandant d'éviter le secteur et précisant que les immeubles était situé rue d'Aubagne. 

Selon nos informations, sur les 12 appartements des immeubles, neuf étaient occupés et deux voitures ont été écrasées. On compte au moins deux blessés légers. 

Depuis l'effondrement, neuf personnes ont été prises en charge par les secours. 

Le ministre du Logement Julien Denormandie ainsi que le député Insoumis Jean-Luc Mélenchon sont attendus sur place dans l'après-midi.

Les marins-pompiers ont quant à eux précisé le dispositif de leur intervention sur place: 97 marins-pompiers ont été déployés sur place. Une équipe spécialisée dans le sauvetage et le déblaiement les accompagne ainsi que 30 policiers.

Les élus locaux réagissent 

Une cellule de suivi a été établie à la préfecture, avec le concours des marins-pompiers. Sur place, le maire Jean-Claude Gaudin a affirmé:

"Notre souci, c’est de savoir s’il y a des habitants qui seraient sous les décombres ou même des passants qui auraient été emportés au moment où l’immeuble s’est effondré. C’est un événement gravissime. A la mairie, sur la Canebière, il y a une cellule pour accueillir toutes celles et ceux qui auront besoin de nous et la ville fera les efforts nécessaires pour reloger les habitants s’il y en avait que nous ne connaîtrions pas."

Sabine Bernasconi, maire des 1er et 7e arrondissements de la ville (LR), avait expliqué qu'il ne devait "normalement pas y avoir d'occupant" dans cet édifice vétuste car un arrêté de péril avait été pris en ce sens, mais n'a pas écarté la possibilité de la présence d'éventuels squatteurs. Expliquant qu'une "politique de réhabilitation" était par ailleurs en cours à Marseille, l'élue a signalé que la rue d'Aubagne était une artère du "vieux centre de Marseille".

Samia Ghali, sénatrice des Bouches-du-Rhône, a déclaré sur Twitter: "Derrière la carte postale idyllique on mesure une fois de trop les échecs de la politique de l’habitat et du centre ville. Aux annonces place à l’action."

R.V. avec Perrine Baglan