BFMTV

Manifestation devant l'Arc de Triomphe: les policiers convoqués en vue d'une sanction

Des policiers manifestent devant l'Arc de Triomphe, le 14 décembre 2020 à Paris

Des policiers manifestent devant l'Arc de Triomphe, le 14 décembre 2020 à Paris - GEOFFROY VAN DER HASSELT © 2019 AFP

Lundi soir, des policiers ont manifesté sous l'Arc de Triomphe à Paris pour protester notamment contre la création d'une plateforme pour dénoncer les discriminations lors des contrôles de police.

Les policiers qui ont manifesté lundi soir devant l'Arc de Triomphe pour protester contre des déclarations d'Emmanuel Macron sur les contrôles au faciès et les violences policières ont reçu une convocation de leur hiérarchie en vue d'une sanction, indique ce jeudi la préfecture de police de Paris.

L'initiative de cette convocation a été prise par le préfet de police de Paris Didier Lallement, précise l'insitution, confirmant une information de M6. Ces policiers seront convoqués en janvier par leur hiérarchie qui décidera après enquête d'une éventuelle sanction, alors que les policiers, tenus à un droit de réserve, n'ont pas l'autorisation de manifester sur leurs heures de travail.

"Beauvau de la sécurité"

Lundi dernier, une centaine d'agents, en majorité en civil, s'étaient rassemblés au pied de l'Arc de Triomphe où ils avaient disposé leurs véhicules banalisés ou sérigraphiés, gyrophares allumés, face à l'avenue des Champs-Élysées. Ils étaient venus de plusieurs départements d'Ile-de-France entre la fin du service de jour et la prise de fonction des "nuiteux". Ils avaient achevé leur rassemblement en entonnant la Marseillaise.

Depuis l'interview le 4 décembre du président Macron au média en ligne Brut, les policiers mènent des actions sporadiques dans le pays pour protester contre ses déclarations. Les agents entendent dénoncer lors de ces rassemblements l'annonce de la création d'une plateforme pour signaler des discriminations lliées aux contrôles au faciès.

En réponse à ces contestations, le président de la République a annoncé la tenue d'un "Beauvau de la sécurité" en janvier, pour évoquer une réforme de la police, et afin d’"améliorer les conditions d’exercice" des forces de l’ordre et "consolider" leurs liens avec les Français. Vendredi doit se tenir une rencontre au ministère de l'Intérieur avec les syndicats de police pour les consulter sur les propositions d'amélioration du fonctionnement des forces de l'ordre. Certains syndicats ont annoncé boycotter cette réunion.

J.C. avec AFP