BFMTV

Manif des policiers: un syndicat met en scène de faux meurtres d'agents "balayés" par la justice

À la tribune mercredi, le patron du syndicat Alliance a estimé que "le problème de la police, c'est la justice". Une opposition également mise en scène lors du rassemblement.

"Le problème de la police, c'est la justice!": le patron du syndicat policier Alliance, Fabien Vanhemelryck, a été particulièrement virulent à l'égard de la magistrature ce mercredi, lors d'un rassemblement de milliers de policiers devant l'Assemblée nationale, deux semaines après le meurtre du brigadier Eric Masson et à l'approche d'importantes échéances électorales.

Durant la manifestation, des participants ont également mis en scène cette opposition entre policiers et magistrats, lors d'un happening dont une vidéo a été transmise à BFMTV. Durant cette séquence, on peut voir un homme censé visiblement endosser le rôle d'un délinquant - avec un haut gris aux couleurs d'Alliance - qui tire sur des policiers qui s'effondrent au sol. Des hommes en costume blanc avec le mot "justice" inscrit dans le dos balayent ensuite les dépouilles, laissant la possibilité au faux délinquant de tirer à nouveau sur d'autres policiers qui tombent à leur tour.

À la tribune, sur laquelle était tendue une banderole noire "Payés pour servir, pas pour mourir", Fabien Vanhemelryck a par ailleurs fait siffler "ce ministre qui déclare je suis le ministre des prisonniers (et de l'administration pénitentiaire, NDLR"). "Le problème de la police, c'est la justice!", a tonné le syndicaliste, sous les applaudissements.

Dupond-Moretti ne veut pas "opposer" justice et police

Depuis l'Assemblée nationale, Eric Dupond-Moretti a indirectement répondu qu'il lui semblait "dangereux" pour la démocratie d'"opposer la justice et la police", ajoutant que les peines planchers avaient été expérimentées et n'avaient "pas marché".

Les agressions visant les forces de l'ordre, ne sont pas dues à "un prétendu laxisme de la justice", a de son côté réagi l'Union syndicale des magistrats (USM), syndicat majoritaire. "Les statistiques démontrent que les peines prononcées sont de plus en plus sévères" et "le nombre de personnes détenues a progressé de 60% en 20 ans", a ajouté l'USM dans un communiqué.

BFMTV