BFMTV

Magnac-Lavalette, le village que son maire veut "armer" après une agression

Le village de Magnac-Lavalette-Villars, en Charente, sous le choc depuis l'agression d'un habitant à son domicile

Le village de Magnac-Lavalette-Villars, en Charente, sous le choc depuis l'agression d'un habitant à son domicile - -

REPORTAGE - Depuis l'agression très violente à son domicile d’un habitant de Magnac-Lavalette-Villars, en Charente, le maire du village a décidé de soumettre à son conseil municipal des solutions d'auto-défense.

Magnac-Lavalette-Villars est un petit village tranquille de la Charente. Pourtant, depuis l'agression très violente à son domicile d’un habitant, le village est en proie à une véritable psychose.

Didier Jobit, le maire, a décidé de soumettre vendredi prochain à son conseil municipal des solutions d'auto-défense et de vigilance citoyenne. Il veut armer son village. Notre reportage sur place.

Des bombes lacrymogènes pour les habitants?

Dimanche soir, un individu cagoulé et armé d’un fusil tente de pénétrer dans la maison d'un retraité. "Avec le pied, il a poussé la porte, j’ai saisi le canon de l’arme. Je le tenais toujours et il a tiré. J’ai pris toute la décharge de la cartouche dans la mâchoire", raconte Lucien.

Dès lors, la peur a envahi ce petit village de 400 habitants. Certains menacent de se faire justice eux-mêmes avec leur fusil si cela leur arrivait. Des menaces qui ont ainsi poussé le maire à agir. Il suggère d’armer ces habitants de bombes lacrymogènes.

"On s’est dit pourquoi pas mettre à disposition des bombes pour faire en sorte qu’ils puissent repousser un agresseur", explique l'élu Didier Jobit, qui proposera au prochain conseil municipal un achat groupé de bombes lacrymogènes.

La mesure choque cependant le procureur d’Angoulême. "Cela n’est pas au citoyen lambda de s’armer et de s’organiser alors que la sécurité est parfaitement assurée par la police et la gendarmerie", estime Patrice Camberou. Un avis qui serait déjà partagé par le préfet.