BFMTV

Lyon: une équipe de six cambrioleurs de bureaux de tabacs interpellée

Le nombre de vols à l'arraché augmente depuis le déconfinement.

Le nombre de vols à l'arraché augmente depuis le déconfinement. - AFP

Les six malfaiteurs sont soupçonnés d'avoir cambriolé cinq tabacs depuis le début du mois de mars. Mis en examen, ils ont été placés sous mandat de dépôt.

Spécialisée dans le cambriolage de bureaux de tabac, une équipe de six malfaiteurs a été interpellé vendredi dernier par la police. Depuis le 1er mars, ils sont soupçonnés d'avoir commis cinq vols avec effraction dans différents tabacs de l'agglomération lyonnaise. 

Lors de leur arrestation après un dernier cambriolage dans le 9e arrondissement, les enquêteurs de la Sûreté départementale du Rhône ont retrouvé sur eux des cartons de cartouches de cigarettes et des pots à tabac. Le butin est estimé à 55.000 euros. 

Identifiés après de nombreuses filatures

Auparavant, les six individus, âgés de 19 à 25, originaires du 9e arrondissement et tous défavorablement connus des services de police, sont soupçonnés d'avoir cambriolés un tabac de Sainte-Foy-les-Lyon et un autre du 9e arrondissement les 1er et 17 mars derniers. Deux autres bureaux de tabac du 9e arrondissement ont également victimes de vols les 1er et 4 avril. 

Visiblement chevronnés et organisés selon la police nationale, les malfaiteurs utilisaient des véhicules et fourgons volés et faussement plaqués. Grâce aux images de vidéos surveillance et aux premiers éléments de l'enquête, les policiers ont toutefois pu identifier un des malfaiteurs. Puis l'ensemble de l'organisation grâce à de nombreuses filatures. 

Mis en examen

Les perquisitions menées à leurs domiciles et sur les divers lieux de repli des suspects ont également de découvrir et de saisir des indices qui tendent à prouver leur participation à l'ensemble des vols.

A l’issue de leur garde à vue, les six individus ont été présentés mardi au Parquet et placés sous mandat de dépôt après leur mise en examen suite à l’ouverture d’une information judiciaire.

Benjamin Rieth