BFMTV

Lyon: le père des deux enfants égorgés toujours en garde à vue

Un homme est soupçonné d'avoir égorgé ses deux enfants, âgés de 5 et 6 ans (Photo d'illustration)

Un homme est soupçonné d'avoir égorgé ses deux enfants, âgés de 5 et 6 ans (Photo d'illustration) - -

Agé de 48 ans, l'homme a été placé en garde à vue samedi soir à Lyon. Les corps des deux enfants ont été retrouvés à son domicile.

Un homme de 48 ans soupçonné d'avoir égorgé ses deux enfants samedi, a été placé en garde à vue dans la soirée à Lyon.

Les corps des deux enfants, âgés de 5 et 10 ans, avaient été retrouvés au domicile du père à Saint-Priest (Rhône), en banlieue de Lyon.

Un couteau, "qui pourrait être l'arme" utilisée pour les meurtres, a été retrouvé au domicile de Saint-Priest, selon une source judiciaire. Selon cette source, cet homme, divorcé de la mère des enfants, n'avait jusqu'à présent qu'un droit de visite "en présence de tiers", et "c'était la première fois" ce week-end "qu'il pouvait recevoir ses enfants à son domicile".

L'homme a fui à rollers

C'est en venant rechercher ses enfants, samedi en fin d'après-midi, que la mère aurait croisé son ex-mari sortant de chez lui, les vêtements tachés de sang. Selon plusieurs témoignages de voisins, l'homme a alors pris la fuite à rollers, laissant son véhicule dans le garage de l'immeuble.

L'homme a été interpellé "sur la voie publique" en fin d'après-midi dans le VIIIe arrondissement de Lyon, et placé en garde à vue à l'hôtel de police de Lyon. Il était toujours en garde à vue dimanche matin.

La mère en état de choc

La mère, aide-comptable, est en état de choc mais devrait être "très rapidement" entendue par les enquêteurs. Son audition est essentielle, notamment "pour déterminer le cadre juridique dans lequel les enfants ont été reçus par leur père", selon une source judiciaire.

Selon le témoignage d'un ancien voisin, Ahmed Benguedda, le couple avait divorcé "il y a deux ou trois ans", parce que le mari, "un peu porté sur l'alcool", avait "porté la main sur elle".

Après le divorce du couple, la mère avait eu la garde des enfants et était parti vivre en Isère, tandis que le père, au chômage, continuait à habiter l'appartement acheté par le couple et qu'il refusait de vendre, toujours selon la même source.