BFMTV

Lot: un village sous le choc après la mort d'un jeune homme, tué accidentellement par un chasseur

Des habitants en colère pointent du doigt la dangerosité des chasseurs qui ne respectent pas suffisamment les consignes de sécurité.

Un jeune homme de 25 ans a été tué mercredi dernier près du village de Calvignac, dans le Lot, par un chasseur qui participait à une battue au sanglier. Dans la commune, les habitants sont sous le choc depuis mercredi. Près de 900 personnes se sont réunies samedi pour lui rendre hommage lors d'une marche blanche, et apporter du soutien à son petit frère, qui se retrouve seul, leurs parents étant morts il y a quelques années.

Le chasseur à l'origine du tir a, lui, été mis en examen pour homicide involontaire et placé sous contrôlé judiciaire avec interdiction de chasser, de détenir et porter une arme.

"Comment ce type de tragédie peut-il se produire en 2020?"

"Coment ce type de tragédie peut-il se produire en 2020? Chasseur de la vallée du Lot, je suis accablé de peine face à cette injustice qui ne doit pas rester impunie. L'ensemble des chasseurs des communes environnantes sont choqués", déclare un habitant dans un message posté sur Facebook, relevé par BFMTV. "Nous ressassons sans cesse des consignes de sécurité strictes, dont les plus élémentaires semblent avoir été bafouées par l'auteur des faits".

Dans les rues de Calvignac, des messages ont également été laissés après le drame. "Nous te pleurons Morgan", est-il écrit sur un panneau, sous une citation de la chanson La Chasse, d'Henri Tachan: "La chasse c'est le défoulement nationale, c'est la soupape des frustés. La chasse c'est la guéguerre permise aux hommes en temps de paix".

Affiche dans les rues de Calvignac à la suite de la mort d'un jeune homme de 25 ans
Affiche dans les rues de Calvignac à la suite de la mort d'un jeune homme de 25 ans © BFMTV

L'accident est survenu mercredi vers 17h alors qu'un groupe de chasseur avait organisé une battue au sanglier. Selon les premiers éléments de l'enquête, le chasseur était à près de 100 mètres du jeune homme qui coupait du bois sur sa propre parcelle quand il s'est fait tirer dessus. L'auteur du tir a expliqué avoir vu un sanglier "puis avoir tiré sur une masse sombre".

Selon l'avocate du chasseur, Me Sylvie Bros, son client est "anéanti par la souffrance et la peine qu'il inflige à cette famille. C'est terrible, il est très affecté, il pense à cette famille qu'il a endeuillée", déclare-t-elle à La Dépêche.

Une cagnotte pour les obsèques

"Je présente toutes mes condoléances à la famille de la victime", a déclaré après le drame André Manié le président de la Fédération de chasse dans le Lot. "Je trouve cet évènement bien triste, surtout qu'on fait le maximum pour qu'il y ait de plus en plus de sécurité mais malheureusement, des accidents arrivent quand même".

"On peut quand même se poser la question de savoir comment un homme, à 100 mètres de sa cible, la touche en plein coeur. Est-ce que c'est possible de chasser, de tirer, sans avoir une idée très claire de ce sur quoi on tire?" s'interroge, au micro de BFMTV, Me Benoît Coussy, avocat de la famille de la victime.

Une cagnotte a été mise en ligne pour aider le petit frère de la victime à financer les obsèques, et recueille plus de 18.000 euros ce jeudi matin. L'enterrement aura lieu samedi.

Salomé Vincendon
Salomé Vincendon Journaliste BFMTV