BFMTV

Lot-et-Garonne: un homme en cavale pour braquage et séquestration

Photo d'illustration - Hélicoptère de la gendarmerie

Photo d'illustration - Hélicoptère de la gendarmerie - -

Un homme est activement recherché dans le Lot-et-Garonne pour avoir braqué deux voitures, séquestré une automobiliste et ligoté un couple de retraités.

Un homme d'une trentaine d'années était activement recherché mardi dans le Lot-et-Garonne, après une furieuse équipée qui, en l'espace de sept heures, l'a vu braquer deux voitures, séquestrer une automobiliste et ligoter un couple de retraités.

Une furieuse équipée

La fuite en avant de l'homme, survenue entre 3h00 et 10h00, intrigue d'autant plus les enquêteurs qu'il a semblé s'obstiner à rester dans un petit périmètre, commettant ses méfaits dans un rayon de 3 à 4 kilomètres autour du Passage d'Agen, limitrophe d'Agen.

La série a débuté à 3 heures du matin, lorsqu'une employée de nuit d'une imprimerie d'Estillac a été surprise par un homme au moment de monter dans son véhicule. L'agresseur, au visage découvert, était armé d'une bombe lacrymogène de professionnel et, selon au moins un témoignage, d'une arme de poing.

Deux braquages et une séquestration

L'agresseur a emmené l'automobiliste avec sa voiture, la séquestrant jusque vers 8h00. Peu avant, il a tenté de voler un autre véhicule garé devant une boulangerie, au Passage d'Agen. Mais le propriétaire, aidé du boulanger, a résisté et mis le voleur en fuite après une bagarre au cours de laquelle la bombe lacrymogène a chuté et arrosé tout le monde.

Puis vers 10h00, les enquêteurs de la police judiciaire, entre temps chargée de l'enquête, se sont rués vers un pavillon sur la proche route de l'aéroport: un couple de retraités y avait été ligoté et enfermé dans les toilettes par un homme répondant au même signalement. Il s'est enfui avec leur véhicule, une Citroën C3, non sans avoir pris le temps de petit déjeuner chez ses victimes, selon une source proche de l'enquête.

Plan Épervier déclenché

Les enquêteurs étaient perplexes sur les motivations du fugitif, outre son besoin manifeste de voitures-relais. Un plan Épervier a été déclenché par la gendarmerie, dont un hélicoptère qui a survolé l'Agenais toute la matinée.