BFMTV

Londres : « Des terroristes comme Merah », dit la mère d'Ibn Ziaten

Latifa Ibn Ziaten, mère du parachutiste tué par Mohamed Merah, appelle à combattre le terrorisme.

Latifa Ibn Ziaten, mère du parachutiste tué par Mohamed Merah, appelle à combattre le terrorisme. - -

La mère du parachutiste Imad Ibn Ziaten, tué par Mohamed Merah en 2012, a fait part de son « bouleversement » à la suite du décès d’un soldat anglais à Londres. Le meurtre du militaire, revendiqué par l’un des agresseurs, rappelle le drame de Toulouse.

Le meurtre d'un soldat anglais, poignardé en pleine rue mercredi à Londres par deux hommes au discours d'extrémistes islamistes, réveille le souvenir des crimes perpétrés par Mohamed Merah le 11 mars 2012 à Toulouse.
Dans un communiqué, la mère du parachutiste Imad Ibn Ziaten, l’une des victimes du tueur au scooter, a fait part de son émoi. « Une nouvelle fois, ce sont nos enfants qu'on assassine. Bouleversée par l'assassinat d'un soldat britannique, je tiens (...) à exprimer toute ma compassion à la famille de ce soldat, que j'assure de toute ma solidarité. Je mesure la douleur de cette famille », a t-elle déclaré. « Je veux dénoncer cet acte barbare et cruel dont les auteurs sont des terroristes comme l'était Merah. Comme lui, ils ont tué de sang-froid en invoquant l'Islam. Comme lui, ils déshonorent l'Islam », a ajouté Latifa Ibn Ziaten. Pour elle, « plus que jamais, ensemble, de toutes nos forces, au-delà de toutes nos différences, nous devons combattre avec détermination la haine et le terrorisme, où qu'ils frappent dans le monde ».

A la différence de Merah, les suspects pourront parler

Un peu plus tôt, Louis Caprioli, l'ancien patron de la DST, avait déjà rapproché l'affaire du drame toulousain, voyant apparaître dans les meurtriers de Londres des « Merah britanniques ».
De son côté, Yves Bonnet, lui aussi ancien responsable de la DST, a également établi des similitudes avec l'affaire Merah, à la différence que cette fois-ci, les suspects pourraient parler. En pleine campagne présidentielle en France, Mohamed Merah, petit délinquant toulousain rallié au salafisme, avait tué le parachutiste Imad Ibn Ziaten le 11 mars 2012 à Toulouse, Abel Chennouf et Mohamed Legouad le 15 mars à Montauban, ainsi que Myriam Monsonego, 8 ans, Gabriel et Arieh Sandler, 4 et 5 ans, et leur père Jonathan, le 19 mars à l'école juive Ozar Hatorah de Toulouse.

Claire Béziau, avec AFP