BFMTV

Limoges: un homme interpellé pour des centaines de fausses alertes à la bombe

L'homme menaçait de faire exploser des bombes dans des hôpitaux ou des commissariats.

L'homme menaçait de faire exploser des bombes dans des hôpitaux ou des commissariats. - AFP

Le chômeur de 22 ans, connu pour des faits similaires et déjà interné auparavant, avait passé 21 appels en une journée à un hôpital du Val-de-Marne.

Un jeune homme a été interpellé mardi matin à son domicile près de limoges, en Haute-Vienne, pour avoir passé, avec son téléphone portable, des appels pour signaler des centaines de fausses alertes à la bombe. Le "corbeau" agissait depuis trois semaines et ciblait principalement les hôpitaux et les commissariats, sur tout le territoire français.

A chaque fois, le jeune homme, un chômeur de 22 ans, proférait les mêmes menaces, relate Le Parisien. Il se faisait appeler Abdelkader et assurait avoir mis "une bombe" dans le bâtiment. "Je vais la déclencher avec mon portable", assurait-il. Parfois, il parlait de venir sur place équipé d'une ceinture d'explosifs. "Cela pourrit la vie des gens, assure un policier au quotidien. Ce n’est qu’après qu’on se rend compte de la réelle dangerosité du corbeau."

"Délire"

Le week-end du 15 octobre, Jonathan - de son vrai nom - a passé pas moins de 21 appels au standard de l'hôpital Henri-Mondor et neuf appels au poste de police de Créteil, dans le Val-de-Marne. Avant de s'attaquer à des hôpitaux de Saint-Maurice. Ce sont des policiers de la ville voisine, Charenton, qui ont mis en place un système pour le localiser.

Interpellé à des kilomètres de là, le jeune homme a été transféré au commissariat de Charenton où il a reconnu les faits. Aux enquêteurs, il a expliqué choisir ses cibles "au hasard". Il parle de "délire" quand les policiers lui demandent des justifications sur ses actes. Le jeune homme, déjà connu pour des faits similaires et interné alors qu'il était mineur, a également reconnu qu'il menaçait de faire exploser les bombes "au nom d'Allah".

J.C.