BFMTV

Liliane bettencourt a fait don d'un "petit musée" à banier

François-Marie Banier est à la tête d'un vrai "petit musée" d'une vingtaine de toiles de maître grâce aux legs de Liliane Bettencourt, écrit l'hebdomadaire Marianne à paraître samedi. Le photographe mondain n'entrera toutefois en possession de ces toiles

François-Marie Banier est à la tête d'un vrai "petit musée" d'une vingtaine de toiles de maître grâce aux legs de Liliane Bettencourt, écrit l'hebdomadaire Marianne à paraître samedi. Le photographe mondain n'entrera toutefois en possession de ces toiles - -

PARIS (Reuters) - François-Marie Banier est à la tête d'un vrai "petit musée" d'une vingtaine de toiles de maître grâce aux legs de Liliane...

PARIS (Reuters) - François-Marie Banier est à la tête d'un vrai "petit musée" d'une vingtaine de toiles de maître grâce aux legs de Liliane Bettencourt, écrit l'hebdomadaire Marianne à paraître samedi.

Le photographe mondain n'entrera toutefois en possession de ces toiles qu'à la mort de l'héritière de l'Oréal, a précisé à Reuters Me Georges Kiejman, avocat de Liliane Bettencourt.

"M. Banier a reçu ces dons en nue-propriété, cela veut dire qu'au jour de la mort de Liliane Bettencourt, il sera en droit de récupérer ses oeuvres. Pour l'instant, elles sont accrochées chez ma cliente", a-t-il dit.

Selon Marianne, qui s'est procuré la copie d'une donation rédigée en 2001, un Picasso ("Nature morte à la guitare"), un Fernand Léger ("L'homme à la pipe"), un Munch ("Enfants se baignant") et un Matisse ("Grand nu debout") figurent dans la collection.

Ces oeuvres étaient estimées à l'époque à 19,5 millions d'euros et vaudraient aujourd'hui cinq à six fois plus, avance l'hebdomadaire.

Personnage central de l'affaire Bettencourt, François-Marie Banier est poursuivi par la fille de la milliardaire, qui reproche au photographe d'avoir abusé de la faiblesse de sa mère pour obtenir près d'un milliard d'euros de dons divers.

Selon Marianne, le legs de 12 tableaux de 2001 aurait été complété les années suivantes par d'autres donations au profit de François-Marie Banier ou de son compagnon, Martin d'Orgeval. Le photographe serait ainsi devenu un "collectionneur d'exception."

Pour Me Kiejman, cela fait partie "de la complicité intellectuelle et artistique" qui unit sa cliente et le photographe.

Fin août, Liliane Bettencourt avait révoqué de son titre de légataire universel François-Marie Banier, qui devait toucher à ce titre plus d'un milliard d'euros supplémentaires après le décès de l'héritière de L'Oréal.

"Liliane Bettencourt a estimé qu'elle avait déjà beaucoup donné à M. Banier, elle a donc mis fin à la disposition qui faisait de lui son légataire universel", avait alors expliqué Me Kiejmann.

François-Marie Banier a défrayé à nouveau la chronique en s'invitant mardi dernier à la manifestation parisienne contre la réforme des retraites, où de nombreux manifestants fustigeaient l'affaire Bettencourt, symbole à leurs yeux d'une société injuste.

Venu prendre des clichés du cortège en mobylette, le photographe a dit sur BFM-TV être "venu photographier la vie, une force formidable, quelque chose d'important et de beau."

"Il y a surtout des gens qui ne devraient pas être là vu le fric qu'ils ont piqué à tout le monde", a rétorqué un manifestant.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse