BFMTV

Lettre de Patrice Allègre : Karl Zéro et Gadh Charbit relaxés

BFMTV

Karl Zéro et un journaliste du "Vrai journal", Gadh Charbit, poursuivis pour avoir reçu une lettre du tueur en série Patrice Alègre, ensuite lue à l'antenne par l'animateur, ont été relaxés vendredi par le tribunal correctionnel de Paris.

Dans un courrier daté du 29 mai 2003, envoyé depuis sa prison, Patrice Alègre, condamné en 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité, reconnaissait les meurtres d'une prostituée et d'un travesti en 1992. Il mettait en cause l'ancien maire de Toulouse Dominique Baudis et le magistrat Marc Bourragué, les désignant comme commanditaires de ces crimes. Il s'agissait de fausses accusations et Patrice Alègre s'était rétracté peu après.

Lors de la lecture de ce courrier à l'antenne le 1er juin 2003, leurs noms n'avaient pas été mentionnés, mais ils faisaient à l'époque l'objet de rumeurs et d'accusations.

Dominique Baudis était intervenu au 20 heures de TF1 pour les démentir.

La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris a estimé qu'il n'est pas établi avec une certitude suffisante que la lettre de Patrice Alègre était sortie irrégulièrement de la prison de Seysse. "Les indices concordants" contre Karl Zéro "d'avoir, contrairement à ce qu'il prétend, eu connaissance de l'arrivée de la lettre avant sa réception", "ne modifient pas cette conclusion dès lors que l'intention d'obtenir le courrier d'un détenu et les modalités effectives - réglementaires ou non - de son acheminement sont distinctes", a estimé le tribunal.