BFMTV

Les Ulis: des policiers ciblés par des projectiles après une perquisition

Illustration police BFMTV

Illustration police BFMTV - BFMTV

Des policiers de la Bac ont essuyé des tirs de projectiles alors qu'ils intervenaient pour une perquisition dans une affaire de stupéfiants. Deux fonctionnaires ont été légèrement blessés.

Des échauffourées ont éclaté aux Ulis mardi soir. La situation s'est envenimée à la suite d'une opération de lutte contre le trafic de stupéfiants menée en fin d'après-midi par la Bac, dans le quartier du Bosquet. Au cours de cette opération, un homme est interpellé et placé en garde à vue pour détention de produits stupéfiants.

C'est un peu plus tard, vers 19h30, que la tension est montée d'un cran. Alors que les policiers interviennent pour perquisitionner le domicile de l'individu interpellé, les fonctionnaires de police sont visés par des projectiles lancés par une dizaine de jeunes. Ces derniers auraient également menacé de s'en prendre au commissariat de Palaiseau, en représailles de l'interpellation de leur ami.

Jets de parpaings et de mortiers d'artifice

Au cours de cette perquisition, deux élus municipaux se sont également présentés et ont tenté de s'opposer à l'action des forces de l'ordre. Selon les déclarations d'une d'elle affirme avoir fait l'objet d'un croche-pied de la part d'un policier et être tombée. Elle n'a néanmoins pas souhaité porté plainte.

Un peu plus tard encore, vers 20 heures, les policiers sont à nouveau la cible de nombreux projectiles de mobilier urbain (grilles, parpaings et pavés) ainsi que de plusieurs mortiers d'artifice par une centaine de jeunes au niveau de la rue Saintonge et du Berry. Un renfort d'une cinquantaine de policiers est alors envoyé.

Une centaine de tirs de lacrymo

Dans le même temps, un fonctionnaire est légèrement blessé au coude par un jet de pierre. Un second policier est lui blessé au coude par un jet de parpaing et transporté à l'hôpital. Le calme est finalement revenu dans le secteur vers 21h45.

Au cours de la soirée, les policiers ont fait usage de 103 tirs de lacrymogène, de 23 grenades de désencerclement et de 99 tirs de LBD. La vidéo-protection a été saisie pour exploiter les images et tenter de retrouver les assaillants. La Sûreté urbaine de Palaiseau a été chargée des investigations.

Raphaël Maillochon avec Carole Blanchard