BFMTV

Les révélations de Bernard Squarcini, patron du renseignement intérieur

-

- - -

Le patron du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, fait plusieurs révélations sur Mohamed Merah, dans une interview au journal Le Monde.

En novembre 2011, Mohamed Merah est convoqué pour s’expliquer sur ses voyages en Afghanistan et au Pakistan. Le patron de la DCRI Bernard Squaricini revient sur cet entretien. Sur son deuxième voyage au Pakistan, Mohamed Merah dit alors qu’il cherchait une épouse. Il avouera lors des négociations qu’il s’est en fait entraîner au maniement des armes.

Un acte isolé

Après l’assassinat des trois soldats, la veille de la tuerie dans le collège, un premier rapprochement apparait. Mme Aziri a consulté l’annonce de vente de moto du premier militaire abattu. Dimanche soir, les renseignements savaient que Mme Aziri était la mère de Mohamed Merah. Le lendemain, il fait partie d’une liste resserré de douze suspects, six islamistes et six membres de l’ultra droite Enfin Bernard Squaricini révèle également d’autres aspects de ce tueur imprévisible. Le massacre du collège toulousain n’était pas programmé. Enfin sa version contredit les approches du ministre de l’Intérieur. Claude Guéant fait le lien entre Mohamed Merah et des salafistes arrêtés en 2007. Il n’y en a pas, selon Bernard Squaricini. Sur sa radicalisation en prison contre laquelle Nicolas Sarkozy annonce de prochaines mesures. Le patron de la DCRI là encore n’est pas d’accord. Il semble s’être radicalisé seul. C’est un acte volontaire et isolé précise Bernard Squarcini.