BFMTV

Les radars « tronçons » bientôt en service ?

-

- - -

Pour améliorer la sécurité routière, le gouvernement envisage d'installer avant la fin de l'année, des radars qui mesurent la vitesse moyenne des automobilistes entre deux points.

Des radars "tronçons" pourraient bientôt fleurir sur le bord de nos routes. C'est une piste envisagée par le gouvernement pour améliorer la sécurité routière et passer sous la barre des 3 000 morts par an sur les routes en 2012. Ces radars permettent de contrôler la vitesse moyenne d'un automobiliste, non pas à un instant "T", mais sur une portion de route de plusieurs kilomètres. Déjà utilisé au Royaume-Uni, en Allemagne, en Italie, en Suède et en Norvège, ce système de radar "tronçon" risque de faire des vagues en France. « Ça veut dire que vous êtes contrôlés en permanence sur votre vitesse moyenne, et non pas sur votre vitesse instantanée », précise Jean-Luc Moreau, spécialiste auto sur RMC.

Un radar test sur l'A10 depuis 2003

Un radar de ce type est installé depuis 2003 sur l'autoroute A10 (Paris - Bordeaux) au nord d'Orléans. Il est composé de trois caméras installées sur deux ponts distants de 12 kilomètres. Il détecte les véhicules et indique sur un panneau lumineux aux automobilistes concernés qu'ils roulent à une vitesse excessive. Pas de sanction, pour le moment, le dispositif n'est que pédagogique.

« Bussereau veut en faire une arme répressive, mais... »

Face à ce nouveau dispositif, Pascal Pennec, rédacteur en chef du magazine Auto Plus, est plus que sceptique : « Des caméras numérisent votre plaque d'immatriculation au moment où vous passez devant la première série. Douze kilomètres plus loin, quand vous passez devant la deuxième série de caméras, le calcul est fait. Et quand vous allez trop vite, un message s'affiche, avec votre numéro d'immatriculation et la mention « trop vite ». Là c'est gentil, c'est préventif. Ce que propose probablement monsieur Bussereau, c'est d'en faire une arme répressive. Mais ça ne va pas tellement servir à grand-chose, puisque c'est pas tellement sur autoroute que ça se passe. Chaque année, à peu près 200 personnes se tuent sur autoroute. La priorité devrait être les routes départementales ; c'est là où il y a un énorme travail à faire. »

« Pour une véritable responsabilisation des individus »

Pour Bernard Darniche, ancien pilote et porte-parole de l'Institut Citoyens de la route, ces radars "tronçons" sont loin d'être la meilleure solution pour améliorer la sécurité routière : « Si ces radars sont mis sur des tronçons courts, sous les tunnels, sur un pont, à des endroits extrêmement dangereux... pourquoi pas ! Mais au-delà, la meilleure des solutions, dans les pays du nord, ils l'ont trouvée : ce sont les infrastructures qui définissent la vitesse à adopter. Des infrastructures étroites, des petits pavés... à partir du moment où c'est l'infrastructure qui ressert le système de fonctionnement de l'automobiliste, et non pas une règle administrative, il y a une véritable responsabilisation des individus. »

La rédaction, avec Fabien Crombé et Céline Pitelet-RMC Première : Le 5-7