BFMTV

Les policiers de l'Essonne appelés à la vigilance après la libération de la compagne de l'assaillant de Villejuif

Nathan C. a tué une personne et blessé deux autres.

Nathan C. a tué une personne et blessé deux autres. - AFP

La direction de la sécurité publique de l'Essonne a appelé ses effectifs à la prudence et à la vigilance après la remise en liberté de la compagne de l'assaillant de Villejuif qui a tué une personne vendredi dernier. Cette femme de 33 ans avait été interpellée mardi alors qu'elle avait indiqué sa volonté de s'en prendre à des policiers.

Les policiers de l'Essonne sont appelés à la prudence après la remise en liberté mercredi de Marie M., la compagne de l'assaillant de Villejuif, qui a tué vendredi dernier une personne au couteau. Le directeur départemental de la sécurité publique du département a adressé un courrier aux fonctionnaires des commissariats de Palaiseau et des Ulis, deux villes voisines au sud de Paris. Dans une note interne, il leur demande de faire preuve de "vigilance accrue et permanente".

Cette requête intervient après la libération de Marie M., la compagne de l'assaillant de Villejuif qui a tué une personne et blessé deux autres. Cette dernière a été interpellée mardi à son domicile de Palaiseau par les hommes de la BRI, la brigade de recherche et d'intervention, et placée en garde à vue pour "association de malfaiteurs terroriste". La jeune femme de 33 ans, qui envisageait de se marier religieusement avec Nathan C., avait évoqué son intention, dans une conversation téléphonique, de se rendre dans un commissariat munie d'un couteau pour se faire tuer.

Lors de sa garde à vue, la jeune femme a confirmé ce projet. Elle a également été présentée à un psychiatre. Ce dernier n'a pas relevé de "trouble particulier". Elle a donc été remise en liberté. En réaction, le directeur de la sécurité publique appelle ses effectifs dans les commissariats à avoir "un oeil attentif" aux abords du bâtiment mais aussi à soumettre toutes les personnes souhaitant y entrer au détecteur de métaux. Des instructions à appliquer "jusqu'à nouvel ordre".

"Il s'agit avant tout de rappeler les bonnes consignes car la menace est permanente et est présente partout", détaille une source policière.
Justine Chevalier