BFMTV

Les plaidoiries du procès Fourniret

BFMTV

Alors que le procès du couple Fourniret-Olivier entre dans sa phase finale, les avocats des parties civiles et de la défense ont entamé leurs plaidoiries à la barre.

Le procès Fourniret est entré mardi dans un tournant puisque les plaidoiries des avocats des familles des victimes ont commencé, signe que le verdict se rapproche.

Les plaidoiries de mardi (parties civiles) :

Hier, tous les avocats ont demandé la perpétuité pour le couple criminel et ont tous mis en évidence la responsabilité identique de Monique Olivier dans deux meurtres, celui d'Elisabeth Brichet en 1989 et celui d'Isabelle Laville en 1987. C'est pour les parties civiles le véritable enjeu de ce procès, ce qu'elles ont cherché à démontrer pendant ces huit dernières semaines d'audience.

En point d'orgue, hier, les avocats des parties civiles ont tous axé leurs plaidoiries sur la complicité active de Monique Olivier. « A responsabilité identique, qu'il y ait un verdict identique », a demandé aux jurés attentifs l'un des ténors du barreau, maître Lombard, avocat du père d'élizabeth Brichet, tuée en 1989 par Fourniret. « Ne leur reconnaissez aucune circonstance atténuante vu leur attitude au procès. Dans l'histoire du crime je n'ai pas connu de couple aussi cruel et aussi dangereux », conclut-il après une plaidoirie d'une heure. « Il y a bien deux auteurs dans cette affaire », renchérit maître Behr, l'avocat de la famille d'Isabelle Laville...

Maître Paul Lombard, avocat du père d'Elizabeth Brichet, l'une des victimes de Fourniret, a expliqué après l'audience que pour lui « il n'y a pas d'un côté Michel Fourniret et de l'autre Monique Olivier, il y a le couple Fourniret-Olivier. Nous sommes en présence d'un couple assassin. Il ne faut pas dissocier le bourreau et l'aide du bourreau. La responsabilité est la même car, lorsque Fourniret s'est mis en ménage avec Monique Olivier, il n'avait jamais tué. Il avait violé, mais jamais tué. Quelques mois après sa rencontre avec Monique Olivier, il commet son premier crime et toute la série qui va suivre. Je ne peux pas croire au hasard. »

La rédaction et Aurélia Manoli