BFMTV

Les gendarmes lancent un site permettant de retrouver des objets volés pendant des cambriolages

Une bague répertoriée sur le site créé par la gendarmerie, attend que son propriétaire se manifeste.

Une bague répertoriée sur le site créé par la gendarmerie, attend que son propriétaire se manifeste. - Gendarmerie nationale

Un site recensant des objets récupérés après le démantèlement d'un gang de cambrioleurs, en novembre, dans la Loire, a été créé par la gendarmerie. Il permet aux victimes de retrouver les biens qui leur appartiennent.

Les victimes à la recherche de leurs biens vont apprécier le concept. Le 7 novembre dernier, un vaste coup de filet de la gendarmerie mené dans la région de Saint-Etienne permettait de démanteler un important réseau soupçonné de se trouver derrière plus de 350 cambriolages

Une répertorisation complète 

Lors de cette opération, menée par l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante, la section de recherches de Lyon et le groupement de gendarmerie de la Loire, de très nombreux objets volés, parmi lesquels beaucoup de bijoux, mais aussi des montres, des sacs à mains, des vêtements, du matériel multimédia et des armes, ont été découverts, et saisis. 

Mais pour faire en sorte que ces objets puissent retrouver un jour leurs propriétaires, les enquêteurs ont procédé à une classification de ces biens, tous répertoriés et photographiés les uns après les autres.

Un site spécial

Avec ces données, la gendarmerie a créé un site spécial, que les victimes de cambriolages sont invitées à venir consulter. Les photos des objets volés y sont présentées par catégories.

"Pour reconnaître leurs biens, les victimes potentielles devront aller consulter les images - répertoriées par catégories - remplir le formulaire de contact, avec coordonnées et références de leur plainte, puis seront recontactées par un enquêteur à l'issue", explique la gendarmerie. La restitution se fera ensuite ensuite sur la base d'éléments de preuve. 

Les gendarmes précisent toutefois que le millier d'objets découvert et exposé sur ce site ne constitue qu'une partie infime du butin des 350 cambriolages, et indiquent que ces objets présentés proviennent essentiellement de vols commis dans les quelques semaines précédant la vague d'interpellation.

A.S.