BFMTV

Le rappeur Booba porte plainte pour diffamation après les propos d'un animateur radio

Booba en juillet 2019 aux Vieilles Charrues

Booba en juillet 2019 aux Vieilles Charrues - Loic Venance - AFP

Des propos à l'encontre de Booba, de son dernier single et d'une relation qu'il a eue avec une mineure de 16 ans, ont poussé le rappeur à déposer plainte.

Elie Yaffa, plus connu sous le nom de Booba, a déposé plainte cette semaine pour "diffamation" et "injures publiques" après des propos tenus par un animateur de la radio Mouv' sur les ondes et sur Twitter, a appris ce vendredi BFMTV par son avocat, Me Yann Le Bras. En pleine émission, le mis en cause a critiqué le dernier single du rappeur, Ratpi World.

"Je trouve qu'il y a des gens plus performants que lui dans ce registre donc je comprends les gens qui sont consternés, parce que si après 25 ans de carrière t'en es réduit à faire du JUL avec 4 ans de retard (...) C'est un peu comme quand tu vois un grand-père qui se déguise en clown pour amuser ses petits-enfants. D'un côté t'as de la peine pour lui et d'un autre c'est pour la bonne cause (...) C'est dur, la crise de la quarantaine", a enchaîné l'animateur radio.

Allusions à des relations avec des mineures

Des propos qui ont déplu à Booba, qui a demandé à être interviewé pour défendre son morceau. Mais les échanges se sont encore envenimés sur Twitter quand l'animateur du Mouv' a fait référence à une relation amoureuse que le rappeur a eu avec une mineure de 16 ans il y a quelques années.

"Amène anne et yann (les avocats de Booba, ndlr) parce qu'on va parler mineures (que tu touches avec ou sans sursis) et chuis pas sûr que tu comprennes ce que ça implique", lui a rétorqué l'animateur radio avant de poursuivre ses allusions à d'autres relations qu'aurait eu le rappeur avec des jeunes femmes de moins de 18 ans.

"A la proposition d'interview pour démentir les fausses accusations et les propos tenus sur la Radio", le mis en cause "a cru pouvoir répondre par une série de tweets contenant des allégations et des propos inacceptables (...) Il aura donc à répondre devant un tribunal", écrit Me Le Bras dans un communiqué.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV