BFMTV

Le juge Gentil pourrait porter plainte contre Henri Guaino

Maître Rémi Barousse, avocat du juge Jean-Michel Gentil.

Maître Rémi Barousse, avocat du juge Jean-Michel Gentil. - -

L'avocat du juge Gentil envisage une plainte à l'encontre de ceux qui l'ont injurié, a indiqué l'avocat du magistrat ce samedi sur BFMTV.

Le juge Gentil va porter plainte. En tant que "citoyen, il a droit de saisir la justice pour se plaindre, notamment pour injures non publiques ou pour outrage à magistrat", a indiqué samedi l'avocat du juge Gentil, maître Rémi Barousse. Le magistrat a fait l'objet de nombreuses attaques, tant publiques que privées, jusqu'à un incident dans son bureau avec Nicolas Sarkozy, jeudi soir.

"Il m'a mandaté pour étudier une plainte pénale contre Henri Guaino, suite aux propos qui ont été tenus hier matin sur Europe 1, où les propos ont été tout à fait inadmissibles. On a accusé Monsieur Gentil de porter atteinte à la République, d'être le déshonneur de la Justice et des institutions et j'en passe", a déclaré plus tard Rémi Barousse.

"Henri Guaino sera cité devant le tribunal correctionnel pour répondre des infractions qui lui sont reprochées", a-t-il déclaré.

Une décision collégiale, rappelle l'avocat

Le juge Gentil, fait observer son avocat, "n'est pas un magistrat seul illuminé et animé d'une hargne particulière". Il rappelle qu'un "collège de trois magistrats a pris la décision", de mettre en examen Nicolas Sarkozy.

"Je considère que dans un Etat de droit les décisions de justice doivent être respectées, on peut les critiquer, mais par les voies légales, il existe des voies de recours qui vont être exercées en l'occurrence. On n'a pas à injurier, à outrager quelqu'un comme ça", a continué l'avocat.

Quand le devoir de réserve "bâillonne" le juge

Autre difficulté soulevée par maître Rémi Barousse, un "magistrat dans l'exercice de ses fonctions est bâillonné, et pieds et poings liés. On peut lui taper dessus, on peut l'injurier, il ne peut pas répondre", fait-il remarquer.

Pour le défenseur de Jean-Michel Gentil, il s'agit d'une "stratégie médiatique pour décrédibiliser l'autorité qui a pris la décision".

À LIRE AUSSI:

>> Les amis de Sarkozy et "la thèse délirante du complot"

>> Bettencourt: ce qui a mené à la mise en examen de Sarkozy

>> L'abus de faiblesse, un chef d'inculpation humiliant
>> Affaire Sarkozy: Balkany perd son sang-froid

>> Tous les dessins de la rubrique "En un coup de crayon"
>> L'avocat de Sarkozy veut que la justice rende publics des éléments

À VOIR AUSSI:

>> Affaire Bettencourt: les personnages qui gravitent autour de la fortune d'une vieille dame

>> Sarkozy, un retour en politique contrarié

David Namias